Facebook contribue à «protéger la démocratie»

Etats-UnisFacebook contribue à «protéger la démocratie», a assuré mardi son patron Mark Zuckerberg dans une tribune.

Image d'archive de Mark Zuckerberg.

Image d'archive de Mark Zuckerberg. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg a une nouvelle fois détaillé les efforts du réseau social pour combattre la manipulation politique et ainsi aider à «protéger la démocratie», une lutte qualifiée de «course aux armements» dans une tribune parue mardi sur le site du Washington Post.

Ce texte, titré «Protéger la démocratie est une course aux armements. Voici comment Facebook peut aider», est rendu public alors que la numéro deux du groupe, Sheryl Sandberg, et le patron de Twitter, Jack Dorsey, doivent témoigner devant des parlementaires américains mercredi.

Ces derniers les interrogeront sur «les opérations d'influence étrangère et leur utilisation des plateformes des médias», un sujet dans lequel sont empêtrés depuis deux ans les groupes de la Silicon Valley, régulièrement critiqués pour leur absence de réaction face aux campagnes de désinformation initiées depuis l'étranger.

«Course aux armements»

La participation d'un dirigeant de Google ou de sa maison-mère, Alphabet, n'a pas été confirmée. Depuis peu, Google est aussi la cible du président Donald Trump, qui accuse le moteur de recherche de truquer ses résultats au profit des médias «de gauche».

«Des entreprises comme Facebook font face à des adversaires sophistiqués et bien financés, qui deviennent de plus en plus malins avec le temps», écrit Mark Zuckerberg dans sa tribune. «C'est une course aux armements et il faudra unir les forces des secteurs publics et privés américains afin de protéger la démocratie américaine des ingérences extérieures», ajoute-t-il, reprenant une formule lancée lors de sa propre audition à Washington au printemps.

Dans son texte, et comme il le fait régulièrement désormais, il énumère aussi les mesures destinées à lutter contre la manipulation: fact-checking, chasse aux faux comptes, vérification poussée des annonceurs...

Les services américains de renseignement et des commissions d'enquête parlementaires ont affirmé que le Kremlin était derrière les tentatives de manipulation de l'opinion publique via Facebook en 2016, ce que Moscou a toujours fermement nié. Facebook, Twitter et Google ont aussi plus récemment mis en lumière les activités de propagande de l'Iran. (afp/nxp)

Créé: 05.09.2018, 04h17

Articles en relation

Brève panne mondiale de Facebook

Etats-Unis Après des «problèmes de réseau», Facebook a été touché lundi par une brève panne mondiale. Plus...

Facebook et Twitter au Sénat le 5 septembre

Etats-Unis Des dirigeants de Facebook et Twitter seront auditionnés le 5 septembre au Sénat américain au sujet des opérations d'ingérence. Plus...

Discours haineux: Facebook appelé à réagir

Internet L'ONU demande au réseau social d'être plus «proactif» face aux débordements haineux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...