Facebook lâche du lest concernant nos données

InternetLe réseau social a indiqué qu'il sera bientôt possible d'effacer les informations personnelles qu'il récolte à notre propos, sans donner de date précise.

Les utilisateurs de Facebook pourront voir quelles applications et quels sites ont envoyé des données au réseau social.

Les utilisateurs de Facebook pourront voir quelles applications et quels sites ont envoyé des données au réseau social. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il sera possible d'effacer certaines données personnelles collectées par Facebook dans le courant de cette année, a indiqué le réseau social, critiqué pour sa gestion jugée opaque des données de ses utilisateurs.

Cette fonctionnalité, annoncée en mai 2018, sera disponible «plus tard cette année», a promis le directeur financier du groupe, David Wehner, mardi lors d'une conférence sur la technologie.

Les utilisateurs de Facebook pourront voir quelles applications et quels sites ont envoyé des données au réseau social, pourront les effacer de leur compte et empêcher Facebook de les stocker.

Promise dans la foulée du scandale Cambridge Analytica autour des données personnelles, cette fonctionnalité aura des conséquences concrètes pour le groupe, dont le modèle économique repose sur la publicité, ciblée au plus près grâce aux données personnelles.

«Nettoyer son historique»

Si les gens effacent ces informations, «cela va créer pour nous, je pense, des obstacles pour cibler la publicité avec autant d'efficacité qu'auparavant», a-t-il dit.

«Mais ceci étant, je pense que nous avons su jusqu'ici relativement bien naviguer (...) dans un paysage qui à coup sûr est en plein changement, et qui va apporter plus de difficultés pour croître», a-t-il poursuivi.

Le PDG Mark Zuckerberg avait écrit l'an dernier en annonçant cette fonctionnalité que les utilisateurs seraient en mesure de «nettoyer (leur) historique à tout moment».

Ils pourront effacer quels sites ils ont visité, sur quels liens ils ont cliqué... Dans de nombreux cas, ces sites et applications contiennent des outils mis au point par Facebook pour récupérer l'activité des usagers.

Le scandale Cambridge Analytica -- dans lequel les données personnelles de dizaines de millions d'usagers de Facebook avaient filé via une application tierce jusqu'à cette firme britannique qui travaillait pour la campagne de Donald Trump en 2016-- avait mis en lumière les échanges de données entre Facebook, des applications et des sites tiers. (afp/nxp)

Créé: 27.02.2019, 22h00

Articles en relation

Un militant d'extrême droite privé de Facebook

Royaume-Uni Le compte d'un polémiste britannique a été supprimé du fait d'avoir «régulièrement violé» les règles du réseau social. Plus...

Facebook bloque des pages de RT, qui proteste

Internet Plusieurs pages comptant jusqu'à des millions d'abonnés ont été fermées par le réseau social américain. RT, la chaîne financée par l'État russe, dénonce une manœuvre politique. Plus...

Facebook qualifié de «gangster numérique»

Royaume-Uni Les parlementaires britanniques veulent adapter l'arsenal juridique en vue de lutter contre les infox sur les réseaux sociaux. Plus...

Facebook: Berlin limite l'exploitation des données

Allemagne L'Office anticartel allemand a interdit à Facebook de rattacher au profil de ses utilisateurs les données collectées sur des applications extérieures comme WhatsApp et Instagram. Plus...

Facebook payait pour espionner ses usagers

Etats-Unis La firme américaine avait payé certains de ses utilisateurs pour étudier leurs habitudes, et se défend de toute manipulation ou dissimulation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.