Facebook va mettre en avant les infos locales

Réseaux sociauxLe réseau social Facebook a décidé de pousser les nouvelles locales sur son fil d'actualité afin de limiter la désinformation.

Mark Zuckerberg a annoncé la nouvelle sur sa page Facebook. (Image d'archive)

Mark Zuckerberg a annoncé la nouvelle sur sa page Facebook. (Image d'archive) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Facebook va rendre plus visibles les informations locales sur le fil d'actualités de ses utilisateurs, d'abord aux Etats-Unis puis dans d'autres pays, nouvelle déclinaison de ses actions censées limiter la désinformation et les divisions au sein de la société.

«Des informations locales contribuent à créer une communauté, sur internet comme dans la vie», écrit le patron de Facebook Mark Zuckerberg sur sa page lundi, tentant ainsi une nouvelle fois de répondre aux critiques qui pleuvent sur le réseau. Elles contribuent «à faire en sorte que le temps que nous passons sur Facebook est du temps de qualité», ajoute le jeune milliardaire, qui a promis en début d'année une série de mesures pour limiter la diffusion de la désinformation et pour améliorer le contenu de ce qui circule sur le réseau revendiquant deux milliards d'utilisateurs.

«A partir d'aujourd'hui, nous allons vous montrer davantage de publications provenant de médias situés dans votre ville, petite ou grande», précise le patron du réseau, qui ajoute que le changement intervient d'abord aux Etats-Unis avant d'être étendu à «plus de pays cette année».

Depuis le début de l'année, Facebook a déjà annoncé qu'il allait privilégier les publications des amis et proches des utilisateurs au détriment des sources plus institutionnelles (médias, marques...) puis qu'il allait demander aux usagers de l'aider à classer les sources d'information par degré de «fiabilité», une initiative qui a suscité un certain scepticisme, certains estimant que cela pourrait se révéler contre-productif.

Les critiques pleuvent depuis plus d'un an sur les réseaux sociaux, en particulier Facebook, accusés d'avoir laissé pulluler la désinformation--en particulier pendant la campagne présidentielle américaine de 2016-- d'être dangereux pour la démocratie ou encore d'entretenir une addiction décérébrante aux réseaux sociaux. Le groupe communique désormais très fréquemment pour montrer son intention de réagir à ces critiques.

(afp/nxp)

Créé: 30.01.2018, 00h18

Articles en relation

Facebook: «Nous sommes transparents»

Loi européenne Une importante équipe du réseau social est mise en place pour se préparer à la nouvelle loi européenne qui va protéger les données privées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...