Facebook s'attaque au «Revenge porn»

AustralieDans le cadre d'un programme testé en Australie, Facebook va taguer les photos compromettantes de ses utilisateurs.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Facebook propose à ses abonnés de lui adresser leurs photos compromettantes, dans le cadre d'un programme testé en Australie pour lutter contre le «revenge porn», qui consiste à diffuser des clichés ou vidéos intimes de proches, sans leur consentement.

Ce projet pilote s'adresse aux adultes ayant partagé des photos intimes, et qui s'inquiètent que certaines personnes mal intentionnées ne les fassent circuler par vengeance sur les réseaux sociaux.

Le géant américain propose que ces images soient «taguées» d'une empreinte électronique unique afin de bloquer préventivement leur distribution sur Facebook, Instagram ou Messenger.

Reconnaissance d'images

Les utilisateurs adresseront d'abord ces clichés à la eSafety Commission, la Commission australienne pour la sécurité informatique. Ils se les enverront ensuite à eux-mêmes via Messenger, dans un processus qui permettra à Facebook de marquer le cliché.

«Nous utilisons une technologie de reconnaissance d'images pour empêcher le partage non autorisé d'images intimes», a déclaré Antigone Davis, responsable de la sécurité au sein de Facebook.

«En raison de la portée mondiale de Facebook et Instagram, cette action préventive permet aux victimes de se protéger contre des violations futures», a expliqué jeudi dans un communiqué Julie Inman, commissaire australienne à la Sécurité informatique. «Il prive de tout pouvoir les perpétrateurs qui cherchent ouvertement l'humiliation des victimes auprès des amis, de la famille et des collègues», a-t-elle ajouté.

L'Australie à la pointe du combat

Un porte-parole de Facebook a indiqué que la Grande-Bretagne, le Canada et les Etats-Unis devraient aussi participer à ce programme.

L'Australie fait partie des pays à la pointe du combat contre le «revenge porn», ou «vengeance pornographique». La Commission a lancé le mois dernier un portail informatique permettant aux victimes de faire connaître des cas de diffusion en ligne d'images sans consentement.

A en croire un récent sondage mené par la Commission, une Australienne sur cinq âgée de 18 à 45 ans a déjà été victime d'utilisation malveillante de leurs photos. Facebook et Messenger rassemblaient 53% des cas, Snapchat 11% et Instagram 4%.

La «vengeance porno» ou le «porno vengeur» est un phénomène mondial. Pas moins de 2% des Américains utilisateurs d'internet en auraient été victimes, selon une étude. (afp/nxp)

Créé: 09.11.2017, 06h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...