Les géants du Net plus transparents sur la surveillance

RENSEIGNEMENT USFacebook, Google, LinkedIn, Microsoft et Yahoo! pourront rendre publiques des informations concernant leurs clients surveillés par le renseignement américain.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement américain a annoncé lundi qu'il permettrait aux géants d'internet de rendre publiques davantage d'informations concernant leurs clients surveillés par le renseignement américain.

Le ministre de la Justice Eric Holder et le directeur de la sécurité nationale James Clapper ont précisé que ces grands groupes seraient autorisés à dévoiler «plus d'informations que jamais» sur leurs clients, notamment le nombre de comptes clients surveillés à la demande des agences de renseignement.

Plainte retirée en contre partie

Dans une lettre adressée aux responsables juridiques des géants Facebook, Google, LinkedIn, Microsoft et Yahoo!, Eric Holder détaille «les moyens supplémentaires à la disposition de (leur) entreprise» pour informer et répondre aux demandes de leurs clients.

En contrepartie, les groupes ont retiré la plainte qu'ils avaient déposée auprès du tribunal secret chargé d'ordonner les programmes de surveillance (FISC, Foreign Intelligence Surveillance Court).«Bien que ces métadonnées étaient justement classées secrètes jusqu'à aujourd'hui, le bureau du directeur du Renseignement national en consultation avec d'autres ministères et agences, a déterminé que l'intérêt du public de les voir publiées l'emportait désormais sur les préoccupations de sécurité nationale qui exigeaient cette classification», peut-on lire encore dans le communiqué.

«Satisfaits de pouvoir divulguer ces informations»

«Conformément aux directives du président Obama dans son discours du 17 janvier», les nouvelles méthodes mises en place par le gouvernement permettent aux groupes américains d'internet de rendre publique le nombre de requêtes qu'ils ont reçues du renseignement national, le nombre d'ordres émanant du FISC et le nombre de comptes clients placés sous surveillance, précise le ministre de la Justice dans sa lettre aux géants d'internet.

«Nous sommes satisfaits que le ministère de la Justice ait accepté que nous et d'autres groupes puissions divulguer ces informations», ont réagi dans un communiqué commun Facebook, Google, LinkedIn, Microsoft et Yahoo!.

Le «grand public» a le droit de savoir

«Le grand public a le droit de connaître le volume et le type de demandes de sécurité nationale reçues», ont poursuivi les groupes, pour expliquer la raison pour laquelle ils avaient porté plainte.

«Bien que cette démarche soit très encourageante, nous continuons à exhorter le Congrès à prendre les mesures supplémentaires pour approuver les réformes que nous croyons nécessaires», ont-ils ajouté.

«Une victoire pour la transparence»

«C'est une victoire pour la transparence et une étape déterminante pour maîtriser une surveillance excessive par le gouvernement», s'est félicité Alex Abdo, avocat de la puissante Union américaine de défense des libertés (ACLU).

«Les entreprises doivent être autorisées à donner des informations de base sur ce qu'elles fournissent au gouvernement, afin que les Américains puissent décider par eux-mêmes si l'espionnage de la NSA va trop loin», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Encore trop peu précis

S'il juge «louable que les entreprises aient poussé le gouvernement à plus d'ouverture», Alex Abdo exhorte le Congrès à exiger plus du gouvernement.«Une transparence significative donnerait aux entreprises la possibilité de publier le nombre précis de demandes reçues pour un type précis de données à la demande d'autorités juridiques précises», a estimé de son côté Kevin Bankston de la New America Foundation, un centre de réflexion.

«Donner à la louche des nombres par groupes de mille - et même pire (...), ne sert pas la sécurité nationale ni ne permet d'évaluer efficacement comment ces pouvoirs sont utilisés», estime-t-il. (afp/nxp)

Créé: 28.01.2014, 03h04

Galerie photo

Petit guide des scandales de la NSA

Petit guide des scandales de la NSA De Prism à Bullrun en passant par XKeyscore, retour sur les révélations explosives d'Edward Snowden.

Articles en relation

Quand les applis deviennent espions

SURVEILLANCE Selon le New York Times, la NSA et son homologue britannique collectent quantité de données sur les utilisateurs d'applications sur smartphone. Plus...

Merkel n'est pas la seule à être espionnée, selon Snowden

Allemagne La chancelière Angela Merkel n'était sans doute pas la seule personnalité allemande espionnée par les Etats-Unis, a estimé l'ancien consultant de la NSA, Edward Snowden, dans un entretien sur une chaîne TV allemande. Plus...

Asile de Snowden au Brésil: 1 million de signataires

MOBILISATION La pétition demandant que le Brésil offre l'asile à Edward Snowden a reçu au moins 1,06 million de signatures dans le monde. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.