L'avenir de «Fortnite» suscite des doutes

Jeux vidéoAprès le cabinet spécialisé SuperData, d'autres experts se demandent si le titre phare d'Epic Games n'est pas sur le déclin.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Éclatement d'une bulle ou simple essoufflement? Le jeu-phénomène Fortnite a connu cet été ses premiers accrocs un an après sa sortie, des doutes que son éditeur américain devra apaiser pour réussir sa stratégie d'expansion, estiment des experts.

«Fortnite» est au coeur du développement d'Epic Games, qui compte sur cet immense succès pour se développer dans trois directions: les compétitions de jeux vidéo («e-sport»), le mobile et l'Asie.

Mais de premières interrogations sur cette réussite sont nées lors du lancement cet été d'une mise à jour cosmétique («battle pass») offrant de nouveaux objets et de nouvelles tenues très prisées des joueurs et dont Epic Games tire ses revenus.

Jusqu'ici, le jeu a généré plus d'un milliard de dollars de recettes, en dépit de son accès gratuit. La clé: des nouveaux contenus payants utilisés pour personnaliser les parties, dans un univers et une jouabilité qui ont largement séduit.

«Mais depuis, Epic Games fait beaucoup d'erreurs, qui pourraient leur coûter leur pic optimal, trop de cosmétique risque notamment de fatiguer les joueurs si la jouabilité n'évolue pas. Il faut voir si leur stratégie e-sport marchera, sachant qu'ils dépensent beaucoup», estime Frédérick Gau, président du cabinet de consultants Gozulting.

Car Fortnite est crucial dans la stratégie d'Epic Games pour se développer dans l'e-sport, l'éditeur ayant investi près de 100 millions de dollars pour financer des compétitions autour de son jeu phare. Il lui faut donc populariser ces événements.

«Cent millions de dollars cela paraît énorme, mais les montants lors de victoires dans des tournois ne sont pas si importants que ça», relativise Andrew Kitson, responsable télécoms, médias et technologies chez Fitch Solutions.

Fortnite consiste principalement en un jeu de survie, «un battle royale», dit-on dans le jargon. Lors d'une partie, le joueur apparaît sur une carte, cherche des armes et essaie de détruire ses adversaires pour être le dernier survivant.

Tencent, allié crucial

En parallèle, Epic Games a déployé son jeu sur les smartphones, d'abord sur iPhone puis, dans quelques semaines, sous Android, qui équipe plus de 85% des mobiles disponibles, tout particulièrement en Asie.

«Android peut provoquer deux effets différents», nuance cependant Laurent Michaud, directeur d'études pour le centre de réflexion Idate, il peut doper «les autres supports ou créer son propre segment, car ce sont bien souvent des joueurs différents qui y jouent».

Autre voie de développement, la Chine, marché désormais essentiel, tant du point de vue du jeu vidéo sur mobile que de celui du e-sport, où le géant chinois Tencent a déjà enregistré plus de 10 millions de joueurs pré-inscrits.

«Le mobile représente désormais 50% des revenus mondiaux du jeu vidéo et la Chine représente 50% de ce même marché. Les Chinois jouent aujourd'hui principalement sur mobile», rappelle Laurent Michaud.

Tencent possède 40% du capital d'Epic Games, un atout considérable pour pénétrer le marché chinois tant le groupe de Shenzhen est devenu essentiel dans le secteur économique de l'ex-Empire du Milieu.

«Un succès en Chine permettra de voir si «Fortnite» continue sa progression en tant que jeu grand public. Cela pourrait également grandement les aider pour se développer dans le e-sport. Cela peut soit les faire exploser, soit couper sa dynamique ailleurs, c'est un pari», anticipe Frédérick Gau.

Reste que le jeu présente un défaut majeur, de l'avis de plusieurs analystes, celui de ne pas proposer suffisamment de variété là où ses principaux concurrents dans le jeu en ligne, notamment les stars Dota2 et League of Legends se réinventent régulièrement.

«Fortnite est un jeu à dimension unique, ce qu'ont été d'anciens jeux mais qui avaient su fédérer une vraie communauté autour d'eux. A mon sens, «Fortnite» est une réussite commerciale mais qui ne marchera pas sur le long terme. En revanche, Epic Games aura beaucoup appris pour faire mieux le coup suivant», estime Andrew Kitson.

«Cela restera dans tous les cas la plus grosse explosion pour un jeu en ligne mais pour beaucoup, c'est un peu le second jeu. Il s'agira de voir si «FIFA» ou «Call of Duty» marcheront aussi bien que les autres années, ce qui ne serait alors pas bon signe pour «Fortnite» car les joueurs retourneraient vers leur jeu de coeur », conclut M. Gau. (ats/nxp)

Créé: 04.09.2018, 07h03

Articles en relation

Malgré la petite forme de Fortnite, l’e-sport cartonne

Jeu vidéo Des chaînes de TV au CIO, le monde s’enflamme pour un phénomène en pleine ébullition et au potentiel financier considérable. Plus...

«Fortnite» est peut-être sur le déclin

Jeux vidéo La fièvre du titre phare d'Epic Games est peut-être en train de retomber, selon un cabinet spécialisé. Plus...

Le phénomène Fortnite

Jeu vidéo En moins d’un an, Fortnite est devenu l’un des poids lourds de l’industrie du jeu vidéo. Explications. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.