«Les parents devraient s'intéresser à la mécanique de monétisation»

InterviewDocteure en psychologie cognitive, Célia Hodent a notamment participé à l'élaboration de Fortnite. Elle nous explique l'envers du décor...

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Celia Hodent est une experte de l'application du UX («user experience») et de la psychologie cognitive dans la conception de jeux vidéo. Elle a travaillé pendant plus de 10 ans dans l'industrie du jeu vidéo et a, entre autres, participé à l'élaboration de Fortnite Elle est la fondatrice du Game UX Summit et l'auteure de The Gamer’s Brain: How Neuroscience and UX can Impact Video Game Design. Elle nous décrypte les ingrédients permettant d'augmenter les chances qu'un jeu vidéo soit fun et engageant.

En quoi consiste votre métier?

J'aide les développeurs à comprendre la psychologie humaine et comment fonctionne le cerveau. L'objectif est de permettre d'améliorer ce que nous appelons l'UX, pour «expérience utilisateur». Elle repose sur deux piliers: l'utilisabilité, c'est à dire le fait que le jeu soit accessible et compréhensible, et le niveau d'engagement, autrement dit ce qui rend le jeu le plus ludique et fun possible. Les methodes UX qui viennent de la psychologie cognitive aident à donner un cadre aux développeurs, à être plus efficace.

Concrètement, pour Fortnite, cela a servi à quoi?

On a par exemple fait en sorte que les joueurs comprennent parfaitement bien le HUD, c'est à dire le système d'icônes à l'écran. Chaque icône a été pensée, testée avant d'être validée. Il faut que les joueurs saisissent très vite ce qu'elles permettent, ou qu'à tel endroit, ils peuvent changer de matériau pour construire un mur plus solide. Pendant l'élaboration, on a fait venir des joueurs afin qu'ils testent chaque élément du jeu et nous donnent un feed-back. La majorité des testeurs ont plus de 18 ans mais nous avons également fait venir des enfants avec leurs parents afin de nous assurer que la codification du jeu était comprise par les plus jeunes. C'est ce qui rend Fortnite si accessible.

Le cerveau des enfants réagit-il comme celui des adultes face aux jeux vidéos comme Fortnite ou autre?

Complètement différemment. Les enfants de plus de 12 ans ont un raisonnement plus proche de celui des adultes mais restent plus sensibles aux frustrations et à la pression. Un enfant plus jeune aura également moins de self-contrôle, il sera dans l'excès. Dans Fortnite, il va frénétiquement ouvrir des coffres sans savoir ce qui s'y trouve, un peu comme certains adultes devant une machine à sous. Ils ont besoin d'un cadre parental.

Les parents devraient-ils savoir certaines choses avant de laisser leur enfant jouer à Fortnite?

Je crois qu'ils devraient d'avantage connaître la mécanique de monétisation. L’industrie du jeu vidéo a recours au système de loot box, c'est à dire ces «coffres à butin» contenant plusieurs objets virtuels - gratuits ou payants - qui permettent aux joueurs d’acquérir de nombreux bonus ou d’améliorer les caractéristiques de son personnage. C'est un procédé très discutable notamment parce que les enfants peinent à contrôler leurs pulsions, ils ne devraient pas être confrontés à ça. Il est important que les parents sachent que ce genre de technique sert à faire de l'argent. C'est par exemple avec ce procédé qu'Epic Games a pu engranger autant d'argent avec Fortnite, même si un tel succès reste une exception dans le milieu.

L'industrie du jeu vidéo ne pourrait-elle pas tout simplement ne plus y recourir?

C'est un milieu sous pression, et en ce moment, c'est un peu le Far West. Rien qu'au mois de septembre, de nombreux studios mettent la clef sous la porte. Tous les gens qui travaillent dans cette industrie ont un jour ou l'autre été licenciés. La compétition est énorme. Sans parler du fait que faire des jeux coûte cher, et qu'ils sont de plus en plus complexes. Le système de loot box est discutable mais permet à un studio de survivre, de rentrer dans ses frais. Mais l'industrie a conscience des limites et commence à bouger. Fortnite, par exemple, propose un système de «passe»de combat« pour chaque saison, qui peut permettre de limiter les dépenses, c'est déjà ça...

L'autre problème c'est le jeu excessif...

Effectivement, la majorité des jeux repose sur le fait que plus on y joue, plus on est récompensé. C'est très difficile pour un enfant de résister. Il faudrait, par exemple, imaginer un système dans lequel les joueurs qui savent s'arrêter sont récompensés. Plus largement, on commence à s'organiser dans le monde du jeu vidéo, on réfléchit à améliorer les problèmes de toxicité. Dans Fortnite, il y a un système de bannissement efficace auquel Epic Games n'hésite pas à recourir pour virer les indésirables. L'industrie du jeu vidéo est souvent montrée du doigt mais nous sommes en avance par rapport à Twitter et Facebook par exemple. (24 heures)

Créé: 13.10.2018, 11h19

Articles en relation

«Fortnite», c’est trop de la balle?

Vie numérique Jeu de tir phénomène, «Fortnite» ne séduit pas que les ados mais aussi beaucoup d’enfants. Aïe? Plus...

Malgré la petite forme de Fortnite, l’e-sport cartonne

Jeu vidéo Des chaînes de TV au CIO, le monde s’enflamme pour un phénomène en pleine ébullition et au potentiel financier considérable. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.