Les Suisses jouent déjà à «Pokémon Go»

Jeux vidéoAlors que le jeu n'est pas encore officiellement disponible en Suisse, plusieurs centaines de joueurs munis de leur smartphone arpentent les rues.

Image: ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Suisses chassent les monstres virtuels du jeu de réalité augmenté créé par The Pokémon Company, Nintendo et Niantic, une ex-filiale de Google.

Dans plusieurs villes helvétiques, les passants les plus observateurs ont déjà pu repérer ces étranges marcheurs, qui combattent les monstres du jeu vidéo. Ces joueurs se déplacent réellement, le capteur GPS du smartphone permettant de les faire évoluer sur la carte virtuelle, pour débusquer les Pokémons et les capturer.

Mercredi, la page «Pokémon Go» sur Facebook comptait déjà près de 1000 membres. Les joueurs s'organisent sur les réseaux sociaux comme Facebook ou WhatsApp et descendent dans la rue, seuls ou en petits groupes, afin de retrouver les petits monstres et se livrer à des compétitions.

Les joueurs se distinguent des passants ordinaires en restant immobiles puis en changeant brusquement de direction, tout en gardant leur regard rivé sur leur smartphone. La plupart portent également des écouteurs et gesticulent de manière frénétique en touchant l'écran du téléphone portable.

Lancement suisse encore inconnu

Comme le jeu n'est pas encore officiellement disponible dans la déclinaison helvétique des boutiques en ligne App Store ou Google Play, les joueurs les plus impatients d'en découdre ont dû utiliser une petite astuce pour se procurer le jeu. Pour ce faire, ils ont dû créer un compte dans un des magasins des pays dans lesquels «Pokémon Go» est disponible.

Lancé le 6 juillet tout d'abord aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, le jeu - sensation du moment - est disponible depuis mercredi en Allemagne. Aucune date n'est pour l'heure connue pour la Suisse.

L'app se base sur une ancienne série de jeux de Nintendo datant de 20 ans et reprend l'univers des Pokémons, abréviation en anglais de monstres de poche, pocket monsters et qui compte 150 personnages. (ats/nxp)

Créé: 14.07.2016, 10h25

Articles en relation

[Vidéo] On a essayé «Pokémon GO» dans les rues de Lausanne

Jeux vidéos Ils sont déjà plus d'une centaine à capturer des Pokémons à Lausanne, alors que l’application n'est pas officiellement disponible. Plus...

Nouveau bond de l'action Nintendo

Marchés La firme japonaise continuer de surfer sur le succès mondial suscité par le jeu «Pokémon Go». Plus...

«Pokemon Go»: comment ça marche ?

Jeux vidéo Ils marchent dans la rue en scrutant leur smartphone pour trouver les bestioles mythiques dissimulées un peu partout. Plus...

La folie Pokémon Go gagne la planète

Jeux Des «chasseurs» tentent de mettre le grappin sur les petits personnages fictifs, dans un monde bien réel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Manifestation contre Monsanto, paru le 22 mai 2018
(Image: Bénédicte) Plus...