Le bon, la brute et le Darkness

Test Jackie Estacado reprend du service, dans The Darkness II, pour un FPS brutal et sanglant dans une atmosphère de BD.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

New York, dans le monde de la pègre. Le décor est posé par une cinématique facultative qui familiarisera les nouveaux joueurs avec le héros de la série, Jackie Estacado, jeune boss mafieux possédé par un hôte maléfique, le Darkness, et hanté par le souvenir de son défunt amour, Jenny.

Une fois les présentations faites, le jeu démarre sur les chapeaux de roues. Le restaurant dans lequel dîne Jackie est attaqué par de mystérieux agresseurs. Le carnage peut commencer. Notre héros, qui lutte depuis des années pour ne pas libérer le démon qui l’habite, ne tarde pas à solliciter le Darkness. Armé de gros calibres, et de deux tentacules assoiffées de sang, il déchiquette, empale, décapite, écartèle et mitraille tous ceux qui se dressent sur sa route. Effets gores garantis.

Commence alors une quête effrénée et brutale pour découvrir l’identité des agresseurs et annihiler ce nouvel ennemi, qui tente de récupérer pour lui le Darkness. Les différentes «missions» sont entrecoupées de flashs énigmatiques, d’hallucinations et de cinématiques aussi sobres qu’efficaces, qui éclairent la psychologie du héros ténébreux. Habile.

Côté graphique, The Darkness II est très accrocheur. Les contours noirs des personnages et les effets crayonnés dans le décor rappellent subtilement le monde de la BD, d’où provient d’ailleurs la série The Darkness. Cela dit, le jeu mise plus sur l’action que sur l’ambiance.

Le gameplay est assez technique et il faudra un peu de temps pour maîtriser de façon optimale l’utilisation simultanée des armes à feu et des tentacules du Darkness. La stratégie, outre les manières diverses et variées de tuer un ennemi consistera, aussi à éviter la lumière. Photosensible, Jackie perd ses pouvoirs maléfiques sitôt qu’il est dans un endroit trop éclairé.

Le jeu a une durée de vie de 6-7 heures en campagne solo et offre un mode multijoueurs pour ceux qui en redemanderaient.

Note: 5.4 sur 6

Xbox 360, PS3 et PC (18 ans)

(nxp)

Créé: 02.03.2012, 17h50

Articles en relation

Les Royaumes d’Amalur: Reckoning

Test Le grand jeu de rôle de ce début d’année séduit par son monde onirique et ses combats ultradynamiques. Plus...

Les jeux à ne pas manquer sur PS Vita

Console portable La nouveau bijou high-tech de Sony sort aujourd’hui en Suisse. Action, réflexion, baston ou ballon rond, découvrez les bons titres pour débuter sur PS Vita. Plus...

Final Fantasy XIII-2: l'odyssée techno-baroque

Jeu vidéo Le nouvel épisode de la saga est un des jeux les plus attendus de ce début d’année. Au menu: graphismes époustouflants et des combats nerveux servis par un solide scénario. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...