Kaspersky utilisé pour pirater un ordi de la NSA

InformatiqueDes pirates russes ont utilisé en 2015 l'antivirus Kaspersky pour pirater un employé sous-traitant de la NSA.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des pirates informatiques russes ont utilisé l'antivirus Kaspersky pour voler des documents confidentiels qui se trouvaient sur l'ordinateur personnel d'un sous-traitant de la NSA, l'agence de surveillance américaine, a indiqué jeudi le Wall Street Journal. Les hackers ont ainsi eu accès à des documents qui expliquent comment la NSA elle-même pirate les ordinateurs étrangers et se protège des cyber-attaques.

Ce piratage, qui date de 2015, est le troisième subi par un sous-traitant de la NSA en quatre ans. Cet incident a peut-être poussé Washington à interdire aux agences fédérales américaines l'usage des logiciels de la société russe Kaspersky Labs, spécialisée dans la sécurité informatique.

Le 13 septembre dernier, la Sécurité intérieure a en effet donné l'ordre à tous les fonctionnaires fédéraux de désinstaller d'ici 90 jours tous les logiciels antivirus de Kaspersky Labs.

«Le ministère est préoccupé par les liens que certains responsables de Kaspersky entretiennent avec les services de renseignement et d'autres agences gouvernementales russes», avait alors indiqué la ministre de la Sécurité intérieure par intérim, Elaine Duke, dans un communiqué.

Dossiers confidentiels

Selon le Wall Street Journal, le sous-traitant a ramené chez lui les dossiers confidentiels de la NSA et les a transférés sur son ordinateur personnel, sur lequel l'antivirus Kaspersky était installé. Les pirates auraient identifié ces documents grâce à l'antivirus.

Toujours selon le journal, le sous-traitant n'avait pas l'intention de sciemment révéler ces informations, mais il a probablement enfreint la loi en apportant ces documents classés secret-défense chez lui.

La société russe Kaspersky a réagi dans un communiqué et a signalé qu'il n'y avait aucune preuve d'une éventuelle collusion avec les services de renseignement russes. Son fondateur Eugene Kaspersky a reconnu qu'«une ou deux personnes» travaillant pour le gouvernement russe avaient pu infiltrer son entreprise, mais a nié avec véhémence travailler pour le Kremlin.

«Pour tous nos experts, abuser de la confiance de nos utilisateurs pour aider un gouvernement à pratiquer l'espionnage serait contraire à notre éthique», a-t-il dit. Kaspersky Labs, réalise 85% de ses ventes à l'export. Son logiciel est utilisé par des millions de personne à travers le monde. (afp/nxp)

Créé: 06.10.2017, 02h59

Articles en relation

Les Américains se méfient de Kaspersky

Cybersécurité Des responsables américains ont émis jeudi des doutes sur le géant de la sécurité informatique ayant son siège à Moscou. Plus...

Campagne russophone de cyberespionnage

Europe de l'Est Le spécialiste russe de la lutte anti-virus Kaspersky Lab a annoncé lundi avoir détecté une campagne de cyberespionnage visant depuis cinq ans des pays d'Europe de l'Est et de l'ex-URSS. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...