Levi's sort une veste connectée

High tech140 ans après son premier jean, la célèbre marque américaine s'est associée à Google pour créer un vêtement comecté.

Le logo de l'enseigne américaine.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La célèbre marque américaine Levi Strauss va commercialiser cette semaine une veste en jean connectée, conçue avec le géant technologique Google. Le vêtement permet via les fils du tissu de commander des objets à distance, comme un smartphone.

Grâce à un tissu sensible au toucher, on peut par exemple rejeter un appel téléphonique en tapotant sur un petit bouton placé sur sa manche, comme le montre un spot diffusé sur internet, mettant en scène un jeune homme circulant à vélo dans les rues de San Francisco (ouest des Etats-Unis).

«Quand la veste détecte votre geste, le bouton envoie un signal sans fil à votre mobile» via le tissu lui-même, explique Levi's dans un communiqué. Cette technologie, «littéralement cousue dans la veste, vous permet d'accéder à votre musique, votre (système de) navigation ou vos communications», poursuit la marque.

La veste permet aux cyclistes, marché visé par ce produit vendu 350 dollars de «ne pas quitter la route des yeux», fait valoir Levi's, marque emblématique qui sortit le premier blue jeans en 1873. Elle sera disponible progressivement à partir de mercredi dans différents magasins aux Etats-Unis et sur le site internet de Levi Strauss.

Choix esthétique

En 2015, Google avait annoncé qu'il travaillait à la fabrication de vêtements connectés, une ambition baptisée «Projet Jacquard», du nom de l'inventeur français d'un célèbre métier à tisser.

Ces «textiles interactifs» sont réalisés en mêlant des fils conducteurs aux matériaux habituels des vêtements lors du tissage, et ce sur l'intégralité de l'habit ou seulement sur une partie. Les fils peuvent être visibles ou invisibles, selon le choix esthétique du designer.

Les fils conducteurs sont reliés à des petits circuits électroniques, pas plus gros qu'un bouton de veste, dont les algorithmes permettent de différencier une tape ou un balayage du doigt, expliquait Google à l'époque.

Selon le cabinet Gartner, malgré des débuts difficiles, le marché des «wearables» (objets connectés à porter sur soi : montres, casques, vêtements...) va progresser en 2017 pour atteindre 30,5 milliards de dollars dans le monde. (ats/nxp)

Créé: 26.09.2017, 03h31

Articles en relation

Les fintech, pour le développement durable

Doris Leuthard Selon Doris Leuthard, les nouvelles technologies dans le secteur financier sont bonnes pour la finance et pour l'environnement. Plus...

Depuis ses 23 ans, Olivia Byrne gère son hôtel high-tech

L’ancienne brillante élève de l’Ecole hôtelière de Lausanne est à la tête depuis sept ans du récemment primé Eccleston Square Hotel à Londres. Plus...

La high-tech priée de se faire «surdouée» à Berlin

Salon IFA La grand-messe européenne de l'électronique ouvre ses portes vendredi dans la capitale allemande. Plus...

Google à son tour accusé de sexisme

Silicon Valley Un nouveau chapitre, autour de Google, vient s'ajouter aux scandales qui dépeignent un secteur de la Tech sexiste. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La mort, lundi, dans l'explosion de sa voiture, de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a provoqué une immense émotion en Europe. Le fils de la victime a accusé le gouvernement de complicité.
(Image: Bénédicte) Plus...