Microsoft et le FBI démantèlent une cybermafia

InternetDans une action conjointe, Microsoft et le FBI cherchent à anéantir le réseau Citadel, qui a permis à des cybercriminels de siphonner des millions chez HSBC ou Credit Suisse.

Les botnets sont des réseaux d'ordinateurs infectés à l'insu de leurs utilisateurs par des logiciels malveillants.

Les botnets sont des réseaux d'ordinateurs infectés à l'insu de leurs utilisateurs par des logiciels malveillants. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Microsoft et le FBI ont lancé, avec le soutien de plus de 80 pays, une offensive contre l'un des plus importants réseaux informatiques de cybercriminalité au monde. Ce réseau est soupçonné d'avoir volé près de 400 millions d'euros (493 millions de francs) sur des comptes bancaires à travers le monde.

Les réseaux «botnets» Citadel ont permis à leurs exploitants de soutirer de l'argent à de nombreux établissements, parmi lesquels American Express, Bank of America, Citigroup, Credit Suisse, PayPal, HSBC, JPMorgan Chase, Royal Bank of Canada et Wells Fargo.

Les botnets sont des réseaux d'ordinateurs, dits «machines zombies», infectés à l'insu de leurs utilisateurs par des logiciels malveillants. Pilotés par des serveurs distants, ils sont utilisés pour envoyer des courriers indésirables, diffuser des virus et commettre des crimes financiers.

1000 botnets stoppés

Microsoft a annoncé mercredi avoir contribué à arrêter les opérations d'au moins mille botnets utilisant le logiciel Citadel, dont le nombre total est estimé à 1400.

Le FBI a de son côté déclaré qu'il collaborait avec Europol et d'autres polices criminelles à travers le monde pour interpeller les exploitants de Citadel. L'identité de ces derniers est encore inconnue, même si l'agence américaine dit en être à un stade «assez avancé» de son enquête.

L'Australie, le Brésil, l’Équateur, l'Allemagne, les Pays-Bas, Hong Kong, l'Islande, l'Inde, l'Indonésie et l'Espagne figurent parmi les pays impliqués dans l'enquête.

Première collaboration

Selon Microsoft, le principal responsable de Citadel, connu sous le pseudonyme «Aquabox», habite probablement en Europe de l'Est et coopère avec au moins 81 «éleveurs» qui exploitent les botnets à travers le monde.

Citadel est apparu début 2012 et est vendu au moins 1800 euros sur internet. Il fonctionne principalement en désactivant les antivirus sur les machines infectées afin de les empêcher de détecter les logiciels malveillants. Le logiciel est conçu de manière à ne pas attaquer les ordinateurs et les établissements financiers en Ukraine et en Russie.

Il s'agit de la première collaboration de ce type entre le FBI et Microsoft, qui a demandé l'aide de l'agence à la fin du mois dernier.

(ats/nxp)

Créé: 06.06.2013, 13h16

Articles en relation

La cybercriminalité étend sa toile tous azimuts

Internet Chevaux de Troie, maliciels et vols de données: les délits commis en matière d'informatique vont continuer à un rythme élevé en 2013. Plus...

Des pros sensibilisent les enfants aux risques du web

Cybercriminalité Un réseau international de professionnels bénévoles de sécurité informatique, actif également en Suisse, propose de donner des cours dans les classes sur les dangers liés à internet. Plus...

Les entreprises se moquent du risque lié à la cybercriminalité

Assurances Les entreprises suisses se soucient peu de la cybercriminalité ou des pannes de courant, selon une étude. En revanche, elles redoutent interruptions d'exploitation, catastrophes naturelles et effondrement de la zone euro. Plus...

Des escrocs s'en prennent aux portails immobiliers suisses

Cybercriminalité Des centaines d'annonces falsifiées ont récemment paru sur les portails immobiliers suisses. «Il y en a eu énormément durant les trois dernières semaines», a confié Heinz Schwyter, directeur de Homegate.ch. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.