Moscou veut créer un «internet souverain»

RussieUne loi controversée a été adopté jeudi au parlement russe. Elle prévoit de permettre aux sites russes de fonctionner en se passant des serveurs étrangers.

Vladimir Poutine devrait promulguer la loi. Après être débattue  en troisième lecture par les sénateurs. Ce qui est généralement une formalité.

Vladimir Poutine devrait promulguer la loi. Après être débattue en troisième lecture par les sénateurs. Ce qui est généralement une formalité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les députés russes ont adopté jeudi une loi controversée visant à créer un «internet souverain» en Russie isolé des grands serveurs mondiaux. Le texte est dénoncé par ses détracteurs comme un moyen pour les autorités de renforcer leur contrôle sur le réseau.

Le texte, adopté en deuxième lecture à 320 voix pour et 15 contre, devra passer désormais en troisième lecture puis par les sénateurs, ce qui constitue généralement une formalité, avant d'être promulgué par Vladimir Poutine.

Pour contrôler les contenus?

Mis au point au nom de la sécurité informatique, il prévoit de permettre aux sites russes de fonctionner en se passant des serveurs étrangers. Il a été critiqué comme une tentative de contrôler les contenus, voire d'isoler progressivement l'internet russe dans un contexte de pression croissante des autorités sur les libertés.

Concrètement, le texte prévoit de créer une infrastructure permettant d'assurer le fonctionnement des ressources internet russes en cas d'impossibilité pour les opérateurs russes de se connecter aux serveurs internet étrangers.

«Contrôle centralisé du trafic»

Les fournisseurs russes d'accès à internet devront également s'assurer de la mise en place sur leurs réseaux de «moyens techniques» permettant un «contrôle centralisé du trafic» pour contrer les menaces éventuelles.

Début mars, des milliers de personnes avaient manifesté en Russie contre ce projet de loi qu'ils accusaient de «censure» et de tentative d'«isoler» le pays du reste du monde.

Les autorités russes n'ont cessé de serrer ces dernières années le tour de vis sur l'internet russe, bloquant des contenus et sites liés à l'opposition, mais aussi des services qui refusaient de coopérer avec elles tels que la plateforme vidéo Dailymotion, le réseau social LinkedIn et la messagerie Telegram. (ats/nxp)

Créé: 11.04.2019, 12h32

Articles en relation

L'inventeur du Web veut panser les maux d'Internet

Technologie Le Web fête ses 30 ans d'existence en mars et son «père», le Britannique Tim Berners-Lee, veut corriger les abus qui ont éclaté ces dernières années. Plus...

Londres s'attaque aux «contenus dangereux»

Internet Le Royaume-Uni va obliger les plates-formes web à lutter contre les «contenus dangereux» sous peine de fortes amendes. Plus...

La vie des Suisses est plus simple grâce à Internet

Travail Près de 75% des Suisses utilisent Internet pour s'informer. Le reste du temps que les utilisateurs passent en ligne est dédié à l'amusement, au divertissement. Plus...

Internet sous le coup d'une attaque inédite

Hackers Des attaques informatiques de grande ampleur parviennent à modifier les adresses des sites internet pour les pirater Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...