Passer au contenu principal

La NSA a infiltré les serveurs du géant Huawei

Selon le New York Times, elle a recueilli des informations sensibles et capté des communications entre cadres dirigeants du géant chinois des télécommunications et de l'internet.

La NSA a notamment épié les communications des cadres dirigeants de Huawei.
La NSA a notamment épié les communications des cadres dirigeants de Huawei.
AFP

La NSA (National Security Agency) américaine a infiltré les serveurs du siège du géant chinois des télécommunications et de l'internet Huawei, rapporte samedi le New York Times. Elle a recueilli des informations sensibles et capté des communications entre cadres dirigeants.

Le journal précise que son enquête sur l'opération, baptisée «Shotgiant», s'appuie sur des documents de la NSA communiqués par l'ex-consultant de l'agence Edward Snowden, qui, depuis l'année dernière, diffuse des renseignements sur les activités de surveillance menées par les Américains dans le monde entier.

L'un des objectifs de l'opération Shotgiant était de mettre au jour des liens entre Huawei et l'armée chinoise, lit-on dans un document de 2010 cité par le New York Times. Mais, selon le journal, l'opération visait aussi à tirer parti de la technologie de Huawei. La NSA cherchait à effectuer une surveillance via des ordinateurs et des téléphones du réseau Huawei vendu à des pays tiers.

Cadres épiés

La NSA aurait réussi à s'introduire dans les serveurs du siège de Huawei, dans la ville de Shenzhen, obtenant des renseignements sur le fonctionnement des routeurs géants et des commutateurs numériques qui, selon l'entreprise chinoise, relient un tiers de la population mondiale. La NSA a également épié les communications des cadres dirigeants de Huawei, poursuit le quotidien.

Selon le magazine allemand «Der Spiegel», qui fait état aussi de l'intérêt de la NSA pour Huawei, l'offensive numérique lancée par l'agence américaine vise aussi les dirigeants politiques chinois. La NSA, dit pour sa part le New York Times, cherchait aussi à obtenir des renseignements sur des clients clés de la Chine, dont «des cibles hautement prioritaires - l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan, Kenya, Cuba».

Les informations du New York Times ont été publiées à quelques jours de la tournée que va effectuer le président chinois, Xi Jinping, en Europe, et alors que l'épouse de Barack Obama, Michelle Obama, se trouve en Chine. Samedi, à Pékin, elle a déclaré devant un parterre d'étudiants qu'un accès libre à l'information -notamment en ligne- représentait un droit universel.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.