Avec le réseau de 4e génération, le mobile met le turbo

Téléphonie mobileDès décembre, Swisscom va débuter l'exploitation du réseau mobile de la 4e génération, appelé LTE, pour Long Term Evolution. Sunrise et Orange lanceront progressivement en 2013 cette technologie à très haut débit.

Swisscom, Orange et Sunrise vont se lancer dans le réseau de 4e génération.

Swisscom, Orange et Sunrise vont se lancer dans le réseau de 4e génération.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Et même ceux ne disposant pas d'un téléphone compatible profiteront du réseau mobile de la 4e génération, appelé LTE (Long Term Evolution). Depuis 1996, année du lancement par Nokia du premier téléphone mobile en mesure de surfer sur internet, les débits ont très fortement augmenté. Un smartphone de la dernière génération reçoit des données non pas dix fois, cent fois ou mille fois plus rapidement, mais 10'000 fois.

Un appareil compatible avec la norme LTE peut en théorie recevoir 100 millions de bits par seconde (100 Megabits/s), alors que ce taux se situait à 9600 bits/s pour le Nokia Communicator de 1996. Mais la question se pose de savoir que faire de la LTE et des débits qui atteignent dans la pratique 70 ou 90 Megabits/s.

L'envoi d'un message sur Twitter ne nécessite que quelques milliers de bits/s et un courriel file à travers le réseau des réseaux en une fraction de seconde vers son destinataire. Le réseau LTE s'annonce en fait comme vital pour les personnes qui apprécient se divertir avec leur smartphone.

Gros consommateurs

Les photos, vidéos, la musique ainsi que le visionnement de la télévision représentent de loin les activités consommant les plus grandes quantités de données.

Et celles-ci ne nécessitent pas seulement beaucoup de bande passante, mais elles doivent aussi disposer d'un débit ininterrompu. Si un courriel peut bien se faire attendre pendant quelques secondes, il en va autrement pour le visionnement d'un film, lorsque la connexion s'interrompt et que les images se figent.

Cette soif de données est aussi alimentée par la qualité accrue des contenus. Alors que les premiers téléphones mobiles équipés d'une caméra réalisaient des clichés de la taille d'un timbre-poste, les smartphones les plus modernes peuvent filmer des vidéos en haute définition.

Les écrans des actuels appareils mobiles, en mesure d'afficher plusieurs millions de points, nécessitent des contenus à la hauteur de leurs possibilités techniques. Et lorsque la qualité double, la vitesse de transfert doit quant à elle quadrupler.

Trafic vers le nuage

De plus, le réseau mobile doit compter avec la charge liée au transfert de données dans le nuage. Car de plus en plus souvent, les documents personnels ne sont plus sauvegardés dans la mémoire du téléphone portable, mais dans des serveurs distants connectés à internet.

L'informatique dans le nuage concerne par exemple la musique, dont certains consommateurs sont abonnés à des services de diffusion en ligne proposant un catalogue de millions de titres. Dans ce cas, chaque morceau est téléchargé depuis les serveurs au moment de son écoute.

Ces services dans le nuage engendrent également du trafic dans la direction inverse, soit des utilisateurs vers les serveurs. Les photos sont ainsi immédiatement publiées dans albums sur internet ou sur les réseaux sociaux. Et ce flux de données augmentent à mesure que les qualités photographiques des mobiles s'améliorent.

En se posant la question de savoir à quoi peut bien servir un débit de 100 Mbits/s, il ne faut pas oublier que les réseaux mobiles fonctionnent un peu à l'image d'une fondue, repas pour lequel tous les convives se servent dans le même caquelon. Il en va de même pour les utilisateurs d'un réseau LTE qui vont ainsi se partager la puissance maximale d'une antenne.

Bon pour tous les utilisateurs

Mais la mise en oeuvre de ce réseau LTE va aussi bénéficier aux personnes ne disposant pas d'un téléphone compatible avec cette norme. En effet, comme les utilisateurs d'appareils pouvant accéder au réseau LTE se concentreront sur ce dernier réseau, ceux surfant avec les techniques UMTS et HSPA disposeront de plus de bande passante.

Sunrise, Orange, Swisscom vont probablement utiliser pour leur réseau LTE les bandes de fréquences de 800, 1800 ou 2600 MegaHertz (MHz), sur la douzaine disponible entre 700 et 2600 MHz à l'échelle de la planète. Chez Swisscom, les possesseurs d'iPhone 5 devront toutefois attendre avent de pouvoir surfer à la vitesse de l'éclair, car l'appareil d'Apple n'est compatible qu'avec la fréquence de 1800 MHz.

Ce retard est lié au fait qu'Apple souhaite effectuer des tests sur les réseaux LTE avant de libérer la fonctionnalité par l'entremise d'une mise à jour logicielle, explique le porte-parole de Swisscom, Olaf Schulze. Les clients les moins patients peuvent se tourner vers les appareils de HTC, LG, Samsung et Nokia, lesquels sont compatibles avec les trois fréquences utilisées en Suisse. (ats/nxp)

Créé: 14.11.2012, 14h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.