Suprémacisme blanc: tour de vis de Facebook

Réseaux sociauxFacebook est très souvent accusé de ne pas expurger assez vite les publications problématiques ou choquantes.

Le réseau social tente de répondre aux critiques sur son manque de réactions concernant des propos ou des faits litigieux.

Le réseau social tente de répondre aux critiques sur son manque de réactions concernant des propos ou des faits litigieux. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook va interdire davantage de publications ayant trait au «suprémacisme blanc». A partir de la semaine prochaine, le groupe bannira l'apologie du «nationalisme» ou du «séparatisme» blancs, thèses qui promeuvent notamment une séparation physique entre «races».

Si Facebook faisait déjà la chasse aux thèses dites «suprémacistes», «nous n'avions pas appliqué le même raisonnement au 'nationalisme blanc' et au 'séparatisme blanc', parce que nous pensions à des concepts plus larges de nationalisme ou de séparatisme, comme la fierté (d'être) américain et le séparatisme basque», aussi appelé indépendantisme en français, «qui sont des parties très importantes de l'identité des gens», explique le réseau social dans un communiqué.

«Mais ces trois derniers mois, des débats avec des membres de la société civile et des universitaires qui sont experts dans les relations interraciales dans le monde ont confirmé que le nationalisme blanc et le séparatisme blanc ne pouvaient pas réellement être séparés (de la notion de) suprémacisme blanc» et de groupes promouvant la haine, a continué Facebook.

Tuerie de Christchurch

Ces trois concepts - suprémacisme, sépratisme et nationalisme - «se chevauchent», dit encore le groupe, qui a en conséquence décidé de traiter de la même façon les publications faisant l'apologie de ces trois thèses. L'interdiction sera également valable sur Instagram, propriété de Facebook.

«Désormais, les gens auront toujours le droit de montrer leur fierté dans leur héritage ethnique, mais nous ne tolérerons plus l'apologie ou le soutien au nationalisme blanc et au séparatisme blanc», tient encore à préciser Facebook.

Le réseau social est très souvent accusé de ne pas expurger vite les publications problématiques ou choquantes. La tuerie récente dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande perpétrée par un suprémaciste blanc convaincu a de nouveau mis le sujet sur le devant de la scène. Le tueur avait filmé le massacre et l'avait diffusé en direct sur Facebook Live. (ats/nxp)

Créé: 27.03.2019, 22h46

Nouvelle-Zélande: l'offensive de Facebook ne suffit pas

La Première ministre de Nouvelle-Zélande a salué jeudi la nouvelle offensive de Facebook contre le suprémacisme blanc tout en jugeant qu'il fallait en faire plus après le carnage des mosquées de Christchurch.

Articles en relation

Facebook ferme des milliers de pages

Web Le réseau social a fermé plus de 2000 pages considérées comme «trompeuses», les accusant d'être liées à l'Iran et la Russie. Plus...

Vidéo de la tuerie: plainte contre Facebook et Youtube

Attaques de Christchurch Le Conseil français du culte musulman porte plainte contre Facebook France et Youtube France pour avoir diffusé la vidéo du massacre de 50 fidèles. Plus...

FB a stocké des mots de passe non cryptés

Réseaux sociaux Facebook a reconnu jeudi avoir conservé des données importantes de ses utilisateurs dans des serveurs internes, sans les avoir protégées. Plus...

«En accusant Facebook, on dédouane le comportement humain»

Drame de Christchurch La critique des réseaux sociaux qui n’ont pas su empêcher la diffusion de la vidéo s’amplifie. Mais les internautes ont aussi une grande part de responsabilité. Plus...

Attentat de Christchurch: 17 minutes insoutenables sur Facebook

Réseau et toile La modération du réseau social est plus que jamais critiquée après que le tireur ait pu y diffuser en direct les images de la tuerie le 15 mars dernier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.