Passer au contenu principal

Uber avoue tricher pour éviter les contrôles

Une nouvelle polémique vient entacher l'image de la société de transport américaine.

Archives/Photo d'illustration, AFP

Uber, déjà montré du doigt dans plusieurs affaires ces derniers jours, a avoué l'existence d'un logiciel secret destiné notamment à éviter que ses chauffeurs ne soient contrôlés par les autorités. Le dispositif a été utilisé pendant des années.

Uber a reconnu user de ce logiciel baptisé «Greyball» après un article du «New York Times» qui en révélait l'existence. Il a pu lui permettre de contourner les réglementations que la société de service de réservation de voitures de transport avec chauffeur (VTC) jugeait hostiles à ses activités.

Selon un communiqué d'Uber, cet outil était utilisé dans les villes où il n'était pas interdit, et son objectif principal était de protéger les chauffeurs contre des concurrents malintentionnés utilisant leur smartphone pour les gêner, plutôt que pour réserver des courses réelles.

«Ce programme empêche les demandes d'utilisateurs frauduleux qui violent les termes de service, que ce soient des gens qui veulent s'en prendre physiquement aux chauffeurs, des concurrents voulant perturber nos opérations, ou des opposants qui s'allient avec les autorités pour des opérations secrètes visant à piéger nos conducteurs», a indiqué à l'AFP un porte-parole d'Uber.

Dans plusieurs pays

Uber a souligné que le logiciel était surtout utilisé dans des endroits où les chauffeurs craignaient pour leur sécurité, mais seulement «rarement» pour éviter d'avoir affaire aux forces de l'ordre.

Selon le «New York Times», le logiciel est utilisé dans plusieurs pays. Accepté par le service juridique d'Uber, il soulève cependant des questions éthiques. Cet outil était gardé secret par Uber, qui fait concurrence aux services de taxi traditionnels dans de nombreuses villes.

Plusieurs polémiques

Cette annonce intervient alors que Uber peine à contrôler les dégâts après des révélations sur la culture sexiste, violente et débauchée qui régnerait au sein de l'entreprise. Et le patron fondateur du service, Travis Kalanick, a lui aussi été impliqué dans des polémiques.

Il s'est excusé en début de semaine après avoir eu une altercation avec un chauffeur Uber, allant même jusqu'à avouer qu'il devait «devenir adulte» et qu'il avait besoin d'aide pour son entreprise.

M. Kalanick avait aussi été critiqué pour avoir accepté de faire partie du forum stratégique de dirigeants d'entreprises chargé de conseiller le président américain Donald Trump. Devant l'avalanche de protestations et les menaces de boycott d'Uber que cela avait entraîné, M. Kalanick a quitté ce forum début février.

Uber est valorisé à hauteur de 68 milliards de dollars et opère dans des dizaines de pays. Toutefois, l'entreprise accumule les pertes et les controverses. L'entreprise a jusqu'ici largement couvert ses besoins financiers avec des investisseurs privés.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.