60% des Suisses se sentent surveillés sur le net

ConfianceLes Helvètes sont très sceptiques quant à la sécurité de leurs données sur le web, selon une étude.

Les Suisses n'ont pas confiance en internet.

Les Suisses n'ont pas confiance en internet. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les Suisses sont conscients des dangers du net. En effet, selon les résultats de l'étude de confiance 2017 réalisée par l'institut GfK pour le compte de comparis.ch, 60,4% des Helvètes se sentent surveillés lors de leurs activités sur le web. Et un internaute sur trois a un sentiment d'insécurité générale lorsqu'il saisit des données personnelles sur Internet.

L'étude s'est notamment penchée sur les sites qui ont le plus la confiance des internautes quand il s'agit de livrer des données personnelles. Sans surprise, ce sont les banques (78,4%) et les autorités (73,8%) qui ont le plus la cote, selon les résultats publiés dans un communiqué.

Méfiance envers les réseaux sociaux

A l'autre bout de l'échelle, la méfiance la plus grande revient aux réseaux sociaux comme Facebook (12,4%) ou encore aux sites de rencontre (8,4%). D'ailleurs, 30% des internautes renoncent complètement aux réseaux sociaux pour des raisons de protection des données, selon l'enquête. Les moteurs de recherche tels que Google ou Bing, pourtant très utilisés, récoltent également un indice de confiance faible (22,2%).

L'enquête a aussi porté sur les services de messagerie, comme les très populaires WhatsApp, Snapchat et iMessage, utilisés par deux Suisses sur trois. Et là aussi, le scepticisme règne. En effet, 42% des utilisateurs ont indiqué avoir «peu de confiance ou aucune confiance» dans ces services. Sans pour autant renoncer à les utiliser...

Cybercriminels très redoutés

Les services de renseignement inquiètent aussi les Suisses qui craignent des abus, selon l'étude. Plus d’un tiers des sondés y voit un danger pour la sécurité de ses données. Mais ce qui fait le plus peur aux Helvètes, ce sont les cybercriminels. En effet, une personne sur deux indique les redouter.

Du coup, les internautes se protègent-ils des menaces du web? Selon l'étude, près de 50% des personnes interrogées utilisent des mots de passe complexes. Ce qui veut dire que la moitié des sondés ne font appel qu'à des mots de passe simples...

En revanche, la plupart font régulièrement les mises à jour de leurs logiciels et autres applications. Quant aux mécanismes de protection élaborés, comme les logiciels de cryptage des e-mails ou les possibilités de navigation anonyme par proxy, ils ne sont encore que très peu utilisés.

(nxp)

Créé: 24.02.2017, 09h14

Articles en relation

Bientôt un organisme fédéral de reconnaissance?

Identité électronique Le Conseil fédéral a mis en consultation le cadre juridique pour identifier les internautes en vue de transactions importantes sur le web. Plus...

Petit guide pour protéger sa vie privée sur Internet

Marre de voir Facebook ou Google piocher dans vos données? Envie de plus de sécurité? Nos conseils pour ne plus être mis à nu sur le web Plus...

Un référendum contre les écoutes téléphoniques

Surveillance Une alliance de partis et d'organisations dénonce la nouvelle loi sur la surveillance de la correspondance qu'elle juge «intrusive». Plus...

La NSA peut presque tout voir sur internet

Surveillance Un programme secret de surveillance d'internet, XKeyscore, permet aux services de renseignement américains d'espionner «presque tout ce qu'un utilisateur moyen fait sur internet», rapporte The Guardian. Plus...

La Suisse veut moderniser ses espions

Votation Les Suisses doivent se prononcer dimanche sur la nouvelle loi sur le renseignement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...