Les Etats-Unis imposent leur morale sur le Net

CensurePas de sexe, pas de gros mots. Les mots interdits sur Android montrent comment les géants du Net imposent leur morale américaine à l’ensemble du monde. Le sociologue Sami Coll décrypte le phénomène.

Derrière les restrictions des géants du Net se dessine un éventail de valeurs «made in USA».

Derrière les restrictions des géants du Net se dessine un éventail de valeurs «made in USA». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les géants américains des nouvelles technologies ont-ils entrepris une moralisation du Net à marche forcée? Le site Wired a révélé lundi 2 décembre que la dernière version Android éjectait certains mots sensibles de son dictionnaire automatique.

«Je commence à écrire le mot ‘Condom’ (préservatif), et on me propose ‘condition’ou ‘confusion’. Grandis un peu, Android», a réagi Jillian York, porte-parole de l’Electronic Frontier Foundation, une association de défense des internautes.

Côté français, c’est le site Numerama qui a trouvé la liste de termes sensibles dans le code d’Android. Elle est divisée en quatre catégories: obscènes, pédophiles, vulgaires et racistes/homophobes.

Pas de sexe, pas de gros mots

A quoi peut bien servir cette liste, dans laquelle l’on trouve aussi bien «libido», «bisexuel» et «volage», que «crépu», «swastika», «pédéraste» ou «castration»? A éviter les fautes de frappes embarrassantes, probablement. A programmer la reconnaissance vocale d’Android pour qu’elle évite de prononcer les mots offensants, suggère Numerama. Et à se mettre à l’abri de toute plainte d’utilisateurs pour incitation à des comportements déviants.

Si le filtrage peut être désactivé dans les options du téléphone, la nouvelle s’ajoute à une longue série de bridage de contenus jugés inappropriés par les géants des nouvelles technologies. Dans la foulée du lancement des consoles de jeux nouvelle génération, des vidéos de joueurs «trop grossiers» ont été censurés sur les espaces de partage des consoles.

Google ne s’en cache pas et limite ses suggestions de recherche en matière de sexe. Le sujet est sensible aussi sur Facebook, où les contenus violents sont davantage tolérés que les tétons. Les images et vidéos dénudées sont en outre indésirables sur plusieurs Clouds et services de stockage en ligne.

Morale puritaine

Derrière ces interdits se dessine irrémédiablement une morale puritaine «made in USA». Les géants du Net modèleront-ils demain un réseau mondial aseptisé? Sami Coll, sociologue spécialiste des nouvelles technologies à l'Université de Genève, nuance cette interprétation. «Je pense que leur but est moins d’imposer une morale puritaine au monde que d’éviter de froisser le public américain. Le résultat est cependant le même et tend vers une uniformisation des normes sociales sur le modèle des Etats-Unis».

Pour le spécialiste, Cette déferlante fait naître des inquiétudes légitimes, dans la mesure où les sensibilités varient énormément de par le monde. Américains et européens ont par exemple des degrés de tolérance différents sur les questions de sexe et de violence.

«Avec le développement d’internet, l’information n’est plus le monopole des gouvernements. Cette situation redistribue les cartes du pouvoir», conclut Sami Coll.

Dans ce contexte, la pression va croissante sur les géants du Net devenus des acteurs incontournables de la société. Jusqu’ici ils se sont abrités derrière la notion de «neutralité» pour esquiver leurs responsabilités quant aux contenus qu’ils diffusent, stockent, etc. Mais cette stratégie a atteint et montré ses limites.

Créé: 05.12.2013, 06h41

Articles en relation

Facebook recule un peu sur les vidéos violentes

Tollé Face à la polémique, Facebook a supprimé de son site la vidéo d'une femme en train d'être décapitée. Des messages d’avertissement vont précéder les autres séquences choquantes. Plus...

Google s'attaque à la pédophilie sur internet

Grande-Bretagne Le PDG de Google Eric Schmidt a annoncé la mise au point d'une technologie bloquant un grand nombre de recherches sur le thème de la pornographie pédophile. Plus...

Facebook évince les «Fuckfriends»

Procès Le réseau social a gagné son procès contre Fuckbook.fr, un site de rencontres pour adultes exploité depuis Paris. La plate-forme française devra changer de nom. Plus...

Le boss de Google prédit la fin de la censure sur le Net

Liberté Eric Schmidt estime que la généralisation du cryptage rendra impossible la censure d'Internet par les Etats d'ici 10 ans. Plus...

Facebook va bannir les contenus «haineux»

Réseaux sociaux Le réseau social Facebook a annoncé la fin de l’anonymat sur les pages publiant des propos ou blagues sexistes ou offensants. Il a pris cette décision après des protestations d’internautes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.