La boîte à outils du Sherlock Holmes d'internet

Web Journaliste à la «TdG», Olivier Bot publie un manuel d’enquête sur la Toile. Plus jamais on ne surfera pareil.

Olivier Bot, fin limier de l'ère numérique.

Olivier Bot, fin limier de l'ère numérique. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la jungle numérique, l’explorateur inexpérimenté peut se perdre. Tourner en rond. Déprimer. Se retrouver dans la marmite des trolls. Pauvre monsieur. C’est pourtant dingue ce que l’on peut dégoter sur le web. Des canulars, des ragots, des délires paranoïaques, certes. Mais aussi des vérités vraies, qu’il faut arracher fibre à fibre de la Toile. Olivier Bot, rédacteur en chef adjoint de la «Tribune de Genève», connaît la chanson. Il a été enquêteur et dirigé la rubrique internationale du journal. Il a levé des lapins sur le Net. Et appris ces techniques d’investigation indispensables pour trouver son chemin dans le labyrinthe digital. Il vient de publier une formidable boîte à outils, «Chercher et enquêter avec internet», destinée certes aux journalistes, mais aussi à quiconque désire maîtriser un temps soit peu la machine. Quelques trucs piochés çà et là dans le livre…

Google et les autres

Il n’y a pas que Google dans la vie. Il existe maints autres moteurs de recherche – par exemple DuckDuckGo, Qwant ou Millionshort – qui peuvent réserver des surprises à l’internaute. Et lui assurer la confidentialité. Parfaitement. Car outre ne pas garantir la protection des données, Google utilise un algorithme qui maintient l’utilisateur dans une zone de confort, une «bulle» cosy, taillée sur mesure grâce à l’historique de ses recherches. Or qui veut faire des trouvailles a tout intérêt à sortir des sentiers battus par le robot. Et tous les moteurs ne furètent pas sur le réseau de la même manière. Cela dit, qui veut dompter le géant aux deux «o» doit tutoyer ses nombreuses fonctions annexes (Google Scholar, Google Actualités…), qui peuvent passablement vaseliner la recherche.

Les opérateurs bouléens

Bouléens, oui, du joli nom du mathématicien George Boole (1815-1864), le papa de la théorie des ensembles. On vous la fait simple. Souvenez-vous de l’école, ces ensembles, ils sont inclus, exclus ou unis. Ben, la recherche sur le web, c’est pareil. À partir de deux ou trois mots, grâce aux termes Not (pour exclure), And (pour associer) et Or (pour traquer l’un ou l’autre), l’internaute va pouvoir affiner au mieux sa recherche pour éviter des cascades de résultats inutiles. Ça paraît simplet. Ça fait gagner un temps dingue.

Décrypter les adresses

Une adresse URL peut se montrer drôlement éloquente. Elle se lit de droite à gauche. La décoder, c’est glaner des renseignements sur la provenance, le format, voire la fiabilité de son contenu. «Les suffixes génériques gouv., gov., eu. mil., int. indiquent ainsi des sites crédibles», explique Olivier Bot. Un brin plus corsé, le journaliste indique également comment retrouver le créateur d’un site. Savoir qui nous cause s’avère toujours précieux.

Le web profond

Huuuu, chérie, allons explorer les abysses! La plupart des moteurs balaient le réseau en surface. Or une masse de documentation, administrative ou universitaire par exemple, se cache dans ses entrailles. Ces sources ne sont accessibles qu’au terme d’une recherche «verticale», ou même transversale, possible grâce à des instruments spécifiques. Oubliez les bulldozers, visez la foreuse. De vastes index digitaux, privés ou publics, aux thématiques ciblées, nommés Mir@bel, Hathirust, Base, Cairn ou Persée, vous expédient d’un clic dans les rayons de la bibliothèque d’Alexandrie. Bonne plongée.

La Net confusion

«Il existe des instruments pour vérifier la véracité et tracer l’origine des nouvelles, rumeurs et photos», explique Olivier Bot. Son livre les détaille aimablement. Ce qui peut s’avérer salvateur en ces heures où pleuvent à torrent fake news, images bidonnées et ragots complotistes. Un exemple? Le site Tineye, qui permet de retrouver la source d’une photo et son historique sur le Net. Idem pour Google Images. Le site Hoaxbuster, quant à lui, s’évertue à aligner les canulars et infos erronées qui courent les canaux digitaux.

Et l’éthique?

La recherche numérique s’apparente à l’occasion à une véritable chasse à l’homme. C’est le stalking, qui désigne les techniques permettant d’obtenir un maximum de renseignements sur une personne. On laisse tous des traces sur la Toile, plus ou moins glorieuses. Et c’est dingue ce que peut dénicher l’enquêteur avisé, surtout s’il a potassé le bouquin d’Olivier Bot. «Il existe un site étasunien, Instant Checkmate, qui publie par exemple les données disponibles au niveau local ou fédéral, notamment les casiers judiciaires et interpellations, en plus des données personnelles.» Brrrrr… ça fait peur. Mais où sont donc les limites, docteur? «Repérer les plagiats, protéger ses sources, respecter la vie privée: il s’agit d’adapter la déontologie journalistique à l’univers digital. L’enquêteur internaute doit garder son éthique professionnelle. Ce qui est parfois complexe, particulièrement avec les réseaux sociaux où infos publiques et intimités s’imbriquent. Il s’agit d’évaluer sans cesse la pertinence, l’intérêt public d’une information et de rester attentif au respect de la personne.»

«Chercher et enquêter avec internet» Olivier Bot. Éd. PUG, 141 pages (24 heures)

Créé: 30.11.2018, 18h18

Articles en relation

Histoire d’une «fake pub» devenue une fake news

L'invité Daniel Cornu relate la recherche d'un article litigieux. Plus...

Mais que diable fait-on des «fake news»?

L'invité Daniel Cornu, médiateur de Tamedia Publications romandes. Plus...

Les sciences humaines pour lutter contre les «fake news»

L'invité Alain Pache, professeur HEP Vaud, didacticien de la géographie, co-rédacteur des moyens d’enseignement romands (MER). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...