La Chine veut un expert en porno

Pris dans la ToileUne offre d'emploi du gouvernement publiée sur un site chinois fait le buzz.

Un homme surfe sur le net à Pékin.

Un homme surfe sur le net à Pékin. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une offre d’emploi jouit d’un large écho sur la Toile. Elle a été publiée il y a un peu plus d’une semaine par la très sérieuse Alliance de la Sécurité, un organisme chinois chargé d’assurer «la qualité de l’internet et la protection des usagés» du réseau de l’Empire du Milieu. Il faut dire que le grand gestionnaire du grand Firewall qui filtre l’internet chinois est à la recherche de son «officier chef de l’identification de la pornographie».

Sur le réseau où cette proposition a été publiée originellement, elle a été partagée près de 125'000 fois. Et depuis que le site ChinaSmack l’a traduite, les internautes du monde entier se gaussent à leur tour. L’heureux fonctionnaire qui décrochera ce job sera chargé de chercher et étudier le matériel pornographique sur la Toile. Ainsi que de développer du matériel d’enseignement concernant la pornographie et de définir des standards de détermination de la pornographie.

La pornographie est interdite en Chine depuis 1949, rappelle Slate. fr. Jusqu’au début des années 2000 les contrevenants étaient simplement amendés. Mais depuis, un tour de vis dans la lutte contre «la pollution des esprits» a été donné. En 2005, le créateur d’un site porno a été condamné à la prison à vie. Après une période de liberté durant les Jeux olympiques, le gouvernement a frappé un grand coup en 2009 en faisant arrêter 5400 personnes pour ce motif.

Créé: 20.04.2013, 19h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.