Découverte d'un virus informatique très dangereux

InternetL’éditeur russe de logiciels antivirus Kaspersky Lab a annoncé avoir identifié un nouveau virus informatique au potentiel destructeur inégalé, utilisé comme une "cyber-arme" contre plusieurs pays.

Le russe Kaspersky l’un des premiers producteurs mondiaux d’anti-virus, a découvert le virus «Flame».

Le russe Kaspersky l’un des premiers producteurs mondiaux d’anti-virus, a découvert le virus «Flame». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Kaspersky, l’un des premiers producteurs mondiaux d’anti-virus, a indiqué dans un communiqué avoir découvert le virus, connu sous le nom de Flame, lors d’une enquête lancée par l’Union internationale de Télécommunications (ITU).

Le virus "est actuellement utilisé comme une cyber-arme dans une série de pays", explique Kaspersky Lab dans ce communiqué publié lundi soir, précisant qu’il était employé à des fins de "cyberespionnage". "La complexité et la fonctionnalité du programme récemment détecté dépassent celles de toutes les autres cybermenaces connues à ce jour", souligne la compagnie.

Vingt fois pire que Stuxnet

Ainsi, Flame est "vingt fois plus important que Stuxnet", un virus détecté en 2010 et utilisé contre le programme nucléaire iranien, précise-t-elle. Selon Kaspersky, Flame "peut voler des informations importantes, pas uniquement contenues dans les ordinateurs, des informations sur des systèmes visés, des documents archivés, des contacts d’utilisateurs et même des enregistrements audio de conversations".

La société ne dit pas contre qui le virus est utilisé, mais indique avoir commencé à enquêter après une série d’incidents avec un autre virus, encore inconnu, qui supprimait des informations sur des ordinateurs dans la région d’"Asie de l’Ouest".

Selon des médias occidentaux, Flame aurait été utilisé pour attaquer le ministère du Pétrole iranien et le principal terminal pétrolier d’Iran. "Des découvertes préliminaires indiquent que ce logiciel malveillant était +dans la nature+ depuis plus de deux ans, depuis mars 2010", indique Kaspersky Lab.

Après les virus Stuxnet et Duqu, un autre programme semblable, Flame marque "une nouvelle étape" dans la cyberguerre, "et il est important de comprendre que de telles cyberarmes peuvent facilement être utilisées contre n’importe quel pays", a déclaré Evgueni Kaspersky, directeur général. (afp/nxp)

Créé: 29.05.2012, 11h56

Articles en relation

Le virus anti-Mac vole de l'argent... à Google

Piratage Un maliciel visant les ordinateurs d’Apple a pour effet d’intercepter des recettes publicitaires qui devraient revenir à Google. Plus...

La religion expose plus que le porno aux virus informatiques

Technologies Les sites à thématiques religieuses ou idéologiques ont trois fois plus de chance d'être infectés avec des lignes de codes introduites par des pirates que les sites «pour adultes». Plus...

Apple réagit enfin face au virus anti-Mac

Sécurité La firme à la pomme est en train de mettre en place une parade destinée à vaincre le virus Flashback qui infecte les ordinateurs Mac. Plus...

Un demi-million de Mac infectés par un virus

Fin d'un mythe Apple affirme depuis longtemps que les ordinateurs fonctionnant sous système Windows sont plus sujets aux attaques informatiques que ses Macs. Plus...

Les cinq règles d'or de la sécurité informatique

Comment protéger votre ordinateur Une association soutenue par la Confédération a édicté cinq mesures avec un but ultime: éviter que vous ne soyez une proie facile pour les virus et les truands informatiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.