Déferlante de petites amies imaginaires sur le net

Pris dans la ToileLes internautes se moquent d'un sportif américain après que la presse a découvert que sa fiancée n'existe pas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les moyens de communication modernes auraient fait de notre planète un village global? Quand on se promène sur internet on a parfois l’impression qu’il s’agit plutôt d’une cour de récré globale!

Cette semaine, le joueur de foot américain Manti Te’o en fait les frais. Le 12 septembre passé, il avait tenu à reprendre l’entraînement après avoir perdu, en l’espace de six heures, sa grand-mère de mort naturelle et sa petite amie atteinte d’une leucémie. Cette histoire a fait de lui un modèle de courage. Interviewé, le sportif a expliqué que sa chère et tendre Lennay Kekua l’a inspiré durant la saison.

Cette histoire a ému l’Amérique jusqu’à ce que, mercredi, le site web de sport deadspin dévoile que la petite amie de Manti n’a, en fait, jamais existé. Son profil sur les réseaux sociaux avait été mis en place par un autre joueur, connaissance voire ami de Manti.

Une heure après la publication de cet article, Notre Dame, l’équipe du sportif, se fendait d’un communiqué de presse pour défendre la sincérité du joueur. Ce document explique qu’il aurait été victime de personnes qui avaient bâti une relation en ligne avec lui.

Une explication qui ne convainc pas les internautes, qui se gaussent de l’ancien héros. Depuis, les photos de personnes faisant semblant d’enlacer ou d’embrasser une petite amie imaginaire s’échangent sur Twitter avec le hashtag #teoing.  

Créé: 18.01.2013, 11h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.