«Facebook n’est que la pointe de l’iceberg»

InternetLa Cour de justice de l’Union européenne a déclaré «invalide» le cadre juridique couvrant le transfert de données personnelles vers les Etats-Unis. Eclairage de Stéphane Koch.

La Cour de justice de l’Union européenne a déclaré «invalide» le cadre juridique couvrant le transfert de données personnelles vers les Etats-Unis, connu sous le nom de «Safe Harbour» (ou «Sphère de sécurité» en français).

La Cour de justice de l’Union européenne a déclaré «invalide» le cadre juridique couvrant le transfert de données personnelles vers les Etats-Unis, connu sous le nom de «Safe Harbour» (ou «Sphère de sécurité» en français). Image: Raphaël Delessert

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les juges basés à Luxembourg ont donné raison à l’étudiant autrichien Max Schrems, qui avait demandé à l’Irlande, siège européen de Facebook, qu’elle s’oppose au transfert de ses données personnelles outre-Atlantique suite au scandale d’espionnage par la NSA qu’avait révélé Edward Snowden.

Bref, dorénavant chaque Etat membre de l’Union européenne est tenu de veiller à la protection des données et ne peut pas se retrancher derrière le «Safe Harbour» pour laisser les Etats-Unis s’en charger.

Réaction à brûle-pourpoint de Stéphane Koch, conseiller en questions numériques à Genève.

Que pensez-vous de la décision?
C’est une excellente décision si elle donne l’opportunité de rediscuter régulièrement les cadres légaux, au fur et à mesure qu’évoluent les nouvelles technologies. C’est aussi une très bonne nouvelle qu’un utilisateur de médias sociaux a fait l’effort d’aller jusqu’au bout pour protéger ses données personnelles et que la Cour européenne lui a donné raison.

Mais ne nous leurrons pas. En soi, la suspension du Safe Harbour ne réglera pas la question de la protection des données. D’autres pays que les Etats-Unis ont donné à leurs services de renseignement des possibilités d’action étendues, en France par exemple les lois permettent de faire exactement la même chose que la NSA. Donc même si Facebook décidait de stocker les données personnelles sur des serveurs en Europe, cela ne garantirait pas davantage de protection de la vie privée.

Les protections sont insuffisantes?
Les cadres légaux datent et ne répondent pas aux défis posés par l’évolution des nouvelles technologies. Qu’allons-nous faire par exemple des données sur la santé personnelle enregistrées par des applications sur nos smartphones (rythme cardiaque, nombre de pas, régime alimentaire, etc.)? Comment allons-nous gérer l’arrivée de voitures sans conducteur, donc connectées aux réseaux, avec toutes les données qui définissent le propriétaire? Les responsables politiques sont à la traîne, ils ne se sont pas emparés de ces questions.

Et les utilisateurs sont responsables aussi. Qui lit les conditions d’utilisation de Facebook? On veut être protégés mais on ne s’intéresse pas à savoir comment fonctionne la technologie! Aujourd’hui déjà, sur un profil en anglais, je peux identifier dans une ville toutes les femmes célibataires qui aiment sortir au restaurant, je peux en cibler une et découvrir ses goûts littéraires, ses destinations de voyage préférées… et je peux l’aborder après avoir fait un profilage détaillé. Toutes ces données peuvent être protégées sur Facebook, mais qui prend la peine de le faire vraiment? Il faut reconnaître qu’il y a beaucoup d’hypocrisie chez les utilisateurs…

Les utilisateurs sont hypocrites?
Nous faisons semblant de croire que Facebook est un service gratuit. Mais depuis le début, il a toujours été clair que ce n’est pas le cas. Cette entreprise géante compte des milliers et des milliers d’employés, des infrastructures énormes, de la recherche et développement. Comment le finance-t-elle? En monnayant les données personnelles, évidemment! Alors si nous ne sommes pas prêts à diffuser nos données, nous devons être prêts à payer ces services. Ou en tout cas, nous devons nous intéresser aux moyens de garantir un degré d’anonymat.

Facebook, ce n’est que la pointe de l’iceberg! De plus en plus, nos sociétés «dématéralisent» les informations. Tout est numérisé et interconnectés. Cela permet des avancées formidables, mais aussi cela comporte des risques, forcément.

Créé: 06.10.2015, 11h44

Articles en relation

Facebook dévoile ses nouveaux profils

Réseaux sociaux Photo ou vidéo (!) de profil centrée, mini-bio et emojis... Facebook a dévoilé quelques éléments des profils bientôt disponibles. Plus...

Facebook promet l'accès au web aux réfugiés

Réseaux sociaux Mark Zuckerberg a annoncé sa volonté d'offrir un accès internet dans les camps de réfugiés, une initiative qui relance le débat sur son projet «Internet.org». Plus...

Le transfert de données Facebook peut être suspendu

Union européenne La justice européenne a remis en cause les accords de protection de données avec les USA. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...