Passer au contenu principal

La fin de Facebook est proche

Un expert en réseaux sociaux prédit la fin de l’âge d’or pour Facebook. Les autres réseaux qui tentent de détrôner le géant se trompent de combat.

Le règne de Facebook se lézarde. Au troisième trimestre 2013, le nombre d'ados actifs sur la plate-forme a baissé de 16%.
Le règne de Facebook se lézarde. Au troisième trimestre 2013, le nombre d'ados actifs sur la plate-forme a baissé de 16%.
Keystone
Mais le résultat n'est pas garanti. Et l'application Snapchat (son fondateur Evan Spiegel en photo) a récemment refusé une offre d'achat à 3 milliards pour éviter d'être phagocyté par une machine davantage préoccupée à faire de l'argent plutôt qu'à connecter les gens.
Mais le résultat n'est pas garanti. Et l'application Snapchat (son fondateur Evan Spiegel en photo) a récemment refusé une offre d'achat à 3 milliards pour éviter d'être phagocyté par une machine davantage préoccupée à faire de l'argent plutôt qu'à connecter les gens.
Keystone
Du coup, les services qui tentent de concurrencer Facebook «se battent pour la dernière cabine de libre à bord du Titanic, alors qu'ils feraient mieux de regarder quels bateaux sont prêts à quitter le port», estime l'expert.
Du coup, les services qui tentent de concurrencer Facebook «se battent pour la dernière cabine de libre à bord du Titanic, alors qu'ils feraient mieux de regarder quels bateaux sont prêts à quitter le port», estime l'expert.
Keystone
1 / 3

Le règne de Facebook se lézarde. Même si le nombre d’utilisateurs adultes (et seniors) continue de croître, le réseau social n’attire plus les jeunes générations. Au troisième trimestre 2013, le nombre d’ados actifs sur la plate-forme a baissé de 16%.

Rien de plus normal estime dans une analyserécente Chrys Bader, expert en réseaux sociaux et ancien ingénieur sur Google +. Facebook suit les mêmes stades d’évolution qu’un mouvement social. Après une phase d’émergence puis de croissance, le réseau social a vécu une période de «bureaucratisation» parallèlement à son entrée en bourse. Suivra le temps du déclin «comme les mouvements sociaux, écrit Chrys Bader. Une fois leurs objectifs et idéologies adoptés par le plus grand nombre, la nécessité d’un mouvement disparaît».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.