Google a songé à quitter les Etats-Unis pour fuir la NSA

SurveillanceLe géant du Net a envisagé la possibilité de quitter les Etats-Unis dans le but de se soustraire à l’obligation de collaborer avec le Renseignement américain.

Eric Schmidt est un habitué des phrases percutantes.

Eric Schmidt est un habitué des phrases percutantes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Google digère mal de devoir comme toutes les entreprises américaines transmettre les informations personnelles de ses clients à l’agence nationale de sécurité (NSA).

Au point que le géant a envisagé un temps de délocaliser ses serveurs hors des Etats-Unis afin de préserver les données qu’ils contiennent des yeux du renseignement américain.

Et c’est Eric Schmidt, le puissant président du conseil d’administration de Google, qui l' dit vendredi 22 novembre à New York. «Nous y avons réfléchi, mais il y a beaucoup, beaucoup de raisons pour lesquelles il est impossible pour Google de quitter les Etats-Unis, même si c'est tentant», rapporte la chaîne CNBC. «C'est une idée intéressante, car les entreprises américaines sont sujettes à ces règles, le FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act), le Patriot Act, et ainsi de suite, et cette surveillance gouvernementale est vraiment un problème.»

Google se dit «outré»

Non content d’être tenu de collaborer, Google est aussi la cible d’un espionnage «illégal» de la part de la NSA. «Nous sommes outrés», commente Eric Schmidt.

Le patron de Google est un habitué des phrases chocs. A quoi riment ses déclarations sur la délocalisation de Google? D’une part, il tente de rassurer les internautes en montrant qu’il défend leur vie privée. D’autre part, il fait pression sur les autorités américaines afin de calmer les espions et minimise du même coup l’impact du flicage en affirmant que Google peut vivre avec.

Mais sur le fond, ce sont des considérations économiques qui animent Schmidt. Google voit d’un mauvais œil l’émergence de «clouds souverains», concurrents directs et mieux armés dans le domaine de la protection des données, car implantés hors des Etats-Unis.

Le patron de Google n'a pas la langue dans sa poche

Créé: 26.11.2013, 11h13

Articles en relation

Le boss de Google prédit la fin de la censure sur le Net

Liberté Eric Schmidt estime que la généralisation du cryptage rendra impossible la censure d'Internet par les Etats d'ici 10 ans. Plus...

Anonymous prépare un logiciel anti-NSA

Vie privée Le collectif de hackers Anonymous planche sur un système d’exploitation sécurisé protégeant au maximum les informations personnelles de son utilisateur. Plus...

La NSA vole des informations chez Google et Yahoo!

Espionnage La NSA ne fait pas que collaborer avec les géants du Net. Elle leur vole carrément des informations dans le cadre du programme MUSCULAR, jumeau maléfique du programme Prism. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...