L'opposition à l'accord ACTA croît aussi en Suisse

Piratage sur internetL'accord anti-contrefaçon ACTA est très loin de faire l'unanimité. Après de nombreuses manifestations partout en Europe, la grogne monte en Suisse également.

Une des nombreuses manifestations contre ACTA en Europe.

Une des nombreuses manifestations contre ACTA en Europe. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'opposition à l'accord international anti- contrefaçon (ACTA) croît aussi en Suisse. Le PLR, le PDC et economiesuisse aimeraient que le Conseil fédéral reporte la signature et la ratification de ce texte qui vise notamment à lutter contre le téléchargement illégal sur internet.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté ces dernières semaines un peu partout en Europe pour dénoncer l'accord ACTA. Des mouvements de protestation ont aussi lieu en Suisse, notamment à Zurich, à l'appel du Parti Pirate.

Nombre d'internautes dénoncent une atteinte à la liberté d'expression. Les détracteurs critiquent aussi l'absence de transparence des négociations. En Suisse, le Conseil fédéral a jusqu'au 1er mai 2013 pour décider s'il signe ce texte.

Pas de précipitation

Le parti-libéral radical (PLR) est certes favorable à la protection de la propriété intellectuelle, a déclaré son secrétaire général Stefan Brupbacher, confirmant des propos publiés vendredi dans le quotidien alémanique Landbote. Mais il n'y a aucune raison de se précipiter: trop de questions n'ont pas encore trouvé de réponses.

Il n'est par exemple par clair si les Etats-Unis pourraient forcer d'autres pays à appliquer chez eux les lois américaines via ACTA. Les USA ne s'intéressent pas à la protection des artistes suisses, mais à celle de leur propre industrie du divertissement, estime Stefan Brupbacher.

Selon lui, il faut aussi attendre un jugement de principe de la cour de justice de l'Union européenne (UE). En février, la commission européenne a en effet saisi cette cour pour lui demander si l'accord viole des droits fondamentaux de l'UE comme la liberté d'expression, d'information ou la protection des données.

Tous les partis réservés

Le PDC aimerait également que l'application d'ACTA soit reportée, a indiqué sa porte-parole Marianne Binder. Au vu de la forte contestation dans les autres pays, ça n'a aucun sens que la Suisse s'avance trop et se marginalise en matière de politique économique.

Le PS est aussi critique vis-à-vis de cet accord. Le plus problématique, c'est que ce texte ait été négocié à l'extérieur des organes politiques, a estimé son porte-parole Andreas Käsermann.

L'UDC fait aussi part de ses réserves. Elle veut également attendre la décision de la cour de justice de l'UE avant d'envisager la suite à donner, indique sa porte-parole Silvia Bär.

Pression sur les fournisseurs d'accès

Même constat du côté de l'organisation faîtière des entreprises economiesuisse, qui pense que la Suisse doit attendre ce jugement. «Nous soutenons la lutte contre les contrefaçons voulue par ACTA», dit Thomas Pletscher, responsable de la concurrence et de la régulation.

«Mais nous souhaitons aussi une libre utilisation d'internet dans le cadre de l'ordre juridique». Thomas Pletscher craint qu'avec ACTA, les fournisseurs d'accès internet soient davantage poussés à surveiller les contenus.

Inquiétudes prises au sérieux

Le scepticisme a aussi été exprimé au Parlement. Interrogée lundi à l'heure des questions au National par des élus Vert et PLR, la ministre de la justice Simonetta Sommaruga a assuré que son département prenait les inquiétudes au sérieux et clarifierait les questions soulevées.

Il est clair que le Conseil fédéral mettrait une signature de l'accord en consultation et que le Parlement devrait ensuite se prononcer sur sa ratification, a-t-elle assuré. Jusqu'à présent, seuls 22 Etats membres de l'UE ont signé ACTA, selon elle.

D'autres pays européens, dont l'Allemagne, contestent le texte et en ont bloqué la ratification dans l'attente de clarifications. Négocié entre l'UE, les Etats-Unis, le Japon, le Canada, la Nouvelle- Zélande, l'Australie, Singapour, la Corée du Sud, le Maroc, le Mexique et la Suisse, ACTA vise à lutter contre la contrefaçon au sens large, de celle des médicaments et autres marchandises au téléchargement illégal sur l'internet.

(ats/nxp)

Créé: 09.03.2012, 16h12

Plusieurs manifestations

Un rassemblement est prévu Lausanne à la place de la Riponne à 15h.
//www.facebook.com/events/117288811726441/


D'autres manifestations sont également agendées en France, en Belgique, au Canada et au Maroc.

Articles en relation

Des milliers d'Européens manifestent contre l’accord Acta

Lutte contre les contrefaçons Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi, principalement en Allemagne et en Autriche, contre l’Accord multilatéral sur la contrefaçon, jugé par les internautes comme "une atteinte aux libertés". Plus...

Les internautes manifestent contre le traité ACTA

Piratage sur internet Des milliers de personnes ont protesté samedi en Europe contre l'accord multilatéral anti-contrefaçon ACTA, qui fait craindre la mise en place de nouvelles limitations de la liberté d'expressions sur Internet. Plus...

ACTA est encore moins populaire que George W. Bush

téléchargement En Europe, la signature l’accord ACTA suscite une vague de protestations sans précédent, en particulier dans les pays ex-communistes. C'est la liberté de télécharger qui est en jeu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.