Wikipédia reste fermé aujourd’hui

GrèveUne page noire accueille ce mercredi les internautes qui tentent d’accéder aux pages en anglais de l’encyclopédie libre. Le black-out va durer 24 heures, pour protester contre le projet de loi anti-piratage débattu aujourd’hui au Congrès américain.

«Imaginez un monde sans savoir libre». Voici le message qui remplace aujourd'hui la version anglaise de Wikipédia. Les internautes sont invités à faire entendre leur voix sur les réseaux sociaux contre le projet américain de loi anti-piratage. Le «Stop Online Piracy Act» (SOPA) menace selon ses détracteurs la liberté d'expression.

«Imaginez un monde sans savoir libre». Voici le message qui remplace aujourd'hui la version anglaise de Wikipédia. Les internautes sont invités à faire entendre leur voix sur les réseaux sociaux contre le projet américain de loi anti-piratage. Le «Stop Online Piracy Act» (SOPA) menace selon ses détracteurs la liberté d'expression. Image: Wikimedia Foundation/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Wikipédia, le 5e site le plus visité de la Toile, est passé hors-ligne aujourd'hui dans son édition anglaise. La raison? L’encyclopédie libre veut protester contre le projet de loi anti-piratage «Stop Online Piracy Act» (SOPA), discuté ce mercredi au Congrès américain. Jugé trop sévère par certains, le texte vise à protéger les ventes de films et musiques produites aux Etats-Unis en réduisant la distribution de copies illégale. Le «Protect IP Act» (PIPA), qui envisage de filtrer les sites web par leurs noms de domaines est également contesté.

Conséquences mondiales

«Nous regrettons de restreindre l’accès du monde à Wikipédia, même pour une seconde, mais nous n’avons pas le droit d’ignorer que le SOPA et le PIPA menacent la liberté d’expression aux Etats-Unis ainsi qu’à l’étranger et constituent un précédent effrayant de censure de l’internet», explique Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia. Il estime à 100 millions le nombre d’internautes touchés par le black-out.

Si la loi passe, les sites qui proposent ou facilitent simplement l’accès à du contenu piraté, seraient bloqués sur simple dénonciation des ayants droit, disparaîtraient des moteurs de recherche, et verraient leurs moyens de paiement en ligne supprimés. Avec des répercussions dans le monde entier, car le SOPA s’appliquerait aussi à des sites étrangers. fournisseurs de noms de domaines, moteurs de recherche et autres services de paiements en ligne seraient contraints de collaborer à la censure, sous peine d’amende.

«Réduire la distribution de copies illégales ne nous pose pas de souci, précise Frédéric Schütz, porte-parole de Wikimedia CH. Les contributeurs de Wikipédia passent d'ailleurs des dizaines d'heures chaque jour à traquer les contenus non autorisés. Le problème est que cette loi ne contient aucun garde-fou. Il suffit d'être accusé pour pouvoir être bloqué, et étranglé financièrement».

«Peine de mort pour les sites web»

La fondation Wikimedia, n’est pas la seule à s’inquiéter du projet américain. Facebook, Google, eBay ou Twitter ont très fraîchement accueilli le SOPA. Et des entreprises qui s’y étaient déclarées favorables, comme Nintendo ou le fournisseur de noms de domaines Go Daddy ont fait marche arrière devant la grogne des internautes.

Mais le débat dépasse largement le monde d’internet. L’ONG Reporter Sans frontière (RSF) dénonce par une «peine de mort pour les sites web». Dans un entretien avec le Nouvel Observateur, Lucie Morillon, responsable du bureau Internet et Liberté de RSF déplore «deux propositions de loi (qui) visent avant tout à défendre l'intérêt des puissants lobbies de Hollywood, au détriment de la liberté d'expression».

Barack Obama a aussi pris ses distances avec le texte, qui émane à l’origine d’un député républicain Texan. «Nous ne soutiendrons pas une loi qui réduit la liberté d'expression, augmente les risques en termes de cybersécurité, ou sape le dynamisme et l'innovation sur internet», ont écrit samedi trois conseillers du président des Etats-Unis.

Un peu isolé

Pas sûr que la fermeture temporaire de Wikipédia fasse vraiment tache d’huile. Certes, le réseau social Reddit, qui totalise plus de 30 millions de visiteurs uniques chaque mois, va également fermer ses services mercredi. Au lieu des pages habituelles, les internautes pourront voir en streaming le débat du Congrès américain sur le SOPA. Mais les autres géants de web même s’ils condamnent le projet de loi anti-piratage, ne suivront pas. Le patron de Twitter qualifie même le black-out de Wikipédia de «stupide» et «bête». (nxp)

Créé: 17.01.2012, 10h21

Dossiers

SOPA (Stop Online Piracy Act)

Permet aux ayants droit d’exiger le retrait d’un contenu sans forcément passer par un juge. Exit le contenu.

Les sites incriminés qui proposent du contenu ou en facilitent l’accès (annuaire, blogs de liens, etc.) sont bloqués et déréférencés. Ils disparaissent des moteurs de recherche. Exit les visiteurs.

Leurs moyens de paiement en ligne des sites incriminés sont bloqués et les régies publicitaires n’ont plus le droit d’y placer des annonces. Exit l’argent.

Les intermédiaires qui ne coopèrent pas s’exposent à des amendes.

PIPA (Protect IP Act)

Veut mettre en place un filtrage des sites web par leurs noms de domaines.

Le texte sera débattu le 24 janvier 1012.

Articles en relation

Internet se mobilise contre la loi anti-piratage

Grève Google et d'autres géants du net ont rejoint Wikipédia pour protester en ligne contre le Stop Online Piracy Act. Le projet de loi est vu comme une censure d’internet. Plus...

Les Suisses sont les plus généreux avec Wikipédia

Dons La fondation Wikimedia a récolté cette fin d'année plus de 20 millions de dollars au total pour financer sa grande encyclopédie en ligne. Et ce sont les Suisses qui se sont montrés les plus charitables. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...