Passer au contenu principal

Le WEF s'interroge sur la vitesse de la technologie

Le Forum s'interroge sur la menace que fait peser la robotisation sur les emplois, dans un monde où les inégalités se creusent et où la peur du déclassement alimente le populisme.

L'accélération du rythme de la numérisation suscite quelques frayeurs à Davos.
L'accélération du rythme de la numérisation suscite quelques frayeurs à Davos.
Keystone

La technologie va-t-elle trop vite pour l'humanité? Explosion des données en circulation, emplois menacés par les robots, fiscalité incertaine et intelligence artificielle menaçante ont occupé les esprits toute la semaine à Davos.

Le discours le plus alarmiste a certainemenent été tenu jeudi soir par le milliardaire-philanthrope George Soros, lors du dîner qu'il donne traditionnellement en marge du Forum économique mondial.

«Je veux attirer l'attention sur le danger mortel que font courir aux sociétés ouvertes les instruments de contrôle que le 'machine learning' et l'intelligence artificielle mettent dans les mains de régimes répressifs», a-t-il dit, en visant particulièrement la Chine.

Menace sur les emplois

Autre préoccupation: la menace que fait peser sur les emplois la robotisation, dans un monde où les inégalités se creusent et où la peur du déclassement alimente le populisme. «Toutes ces entreprises tech et non tech ont une très grande responsabilité», a dit Jean-Philippe Courtois, vice-président exécutif de Microsoft, à l'AFP.

Les fruits de l'économie numérique doivent être redistribués «à une plus grande masse de personnes», selon lui, ce qui implique de faire des efforts «dans l'éducation».

Les entreprises «sous-estiment l'accélération du rythme de la numérisation, les changements de comportement et de technologie qui dictent ce rythme et, surtout, l'ampleur de la 'disruption' qui les attend», a noté la société de conseil McKinsey dans une récente étude.

Pour prendre l'exemple du secteur financier, «il a été conçu pour servir des gens qui travaillent de 09h à 17h, pour un seul employeur, souvent pendant toute leur carrière», constate Bill Ready, directeur opérationnel de la société de paiement par Paypal.

«Quand la façon de gagner de l'argent change, la manière dont l'argent est versé et géré doit changer aussi», a-t-il dit. Microsoft, de son côté, a choisi de se tourner vers l'informatique dématérialisée, le «cloud», après avoir constaté que sa vache à lait traditionnelle, le système d'exploitation Windows, perdait du terrain.

De petites révolutions

Dans un local installé dans la rue principale de Davos, le géant américain montre des vidéos censées représenter les petites révolutions promises par l'intelligence artificielle. Par exemple le «supermarché du futur», avec des capteurs qui permettent d'alerter immédiatement le service de nettoyage si une brique de lait s'écrase par terre.

Mais les entreprises «doivent être super claires sur ce qu'elles veulent faire», alors que les innovations technologiques suscitent leur lot de tensions, autour des VTC par exemple, ou de l'impact d'AirBnB sur le marché immobilier et hôtelier.

Défis pour les Etats

Cette «quatrième révolution industrielle» va «plus vite que quiconque l'attendait», explique Murat Sonmez, expert du Forum économique mondial, l'organisation qui gère la réunion de Davos mais produit aussi un grand nombre de rapports ou expertises. «Les entreprises et les gouvernements prennent du retard et restent coincés en arrière», selon lui.

L'influence des réseaux sociaux sur les processus politiques, la confidentialité des données personnelles mais aussi la fiscalité des géants de la tech sont autant de défis pour les Etats. L'Europe défriche le terrain en la matière, par exemple avec l'adoption l'an dernier d'un Règlement européen sur la protection des données (RGPD).

La numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, a elle profité de sa venue à Davos pour tâcher de redorer l'image du groupe, ternie par le scandale Cambridge Analytica. «Nous n'avons pas anticipé tous les risques liés au fait de relier autant de gens entre eux», a-t-elle dit lors d'une rencontre organisée par l'hebdomadaire allemand Die Zeit. «Nous avons besoin de regagner la confiance», a-t-elle ajouté.

La chancelière Angela Merkel a elle appelé depuis Davos les organisations multilatérales telles que l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à s'emparer de la question des flux de données. Et le premier ministre japonais Shinzo Abe a promis de mettre ce sujet au programme de sa présidence du G20, qui vient de commencer.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.