Passer au contenu principal

Zuckerberg admet des erreurs, 14 ans plus tard

Alors que le réseau social a fêté ses 14 ans lundi, le fondateur de Facebook a reconnu qu'il avait fait de nombreuses erreurs.

«A travers les années, j'ai fait quasiment toutes les erreurs que vous pouvez imaginer», a écrit Mark Zuckerberg sur sa page personnelle. (Image d'archive)
«A travers les années, j'ai fait quasiment toutes les erreurs que vous pouvez imaginer», a écrit Mark Zuckerberg sur sa page personnelle. (Image d'archive)
AFP

Le co-fondateur et patron de Facebook Mark Zuckerberg a une nouvelle fois fait son auto-critique lundi lors des quatorze ans de son réseau social, affirmant avoir fait de nombreuses erreurs.

«A travers les années, j'ai fait quasiment toutes les erreurs que vous pouvez imaginer», a-t-il écrit sur sa page personnelle. «J'ai fait des dizaines d'erreurs techniques et de mauvaises transactions. J'ai fait confiance aux mauvaises personnes et j'ai placé des personnes talentueuses aux mauvais postes. J'ai manqué des tendances importantes et réagi lentement à d'autres. J'ai lancé des produits qui ont rencontré échec après échec», a-t-il développé.

Son message revenant sur les quatorze années depuis la création de Facebook, lorsqu'il était étudiant à la prestigieuse université américaine de Harvard, jusqu'à devenir aujourd'hui le premier réseau social mondial avec quelque 2 milliards d'utilisateurs, était le dernier d'une série de mea-culpa. Facebook est notamment critiqué pour avoir permis la diffusion de fausses informations et a entrepris des actions pour ne plus que ça se reproduise.

Ces dernières semaines, Facebook a dévoilé des mesures pour recentrer le réseau sur les activités des amis et de la famille, quand bien même cela signifierait que les usagers passent moins de temps sur la plateforme. Et le message de lundi semble indiquer que Facebook va continuer d'évaluer son fonctionnement en permanence. «La raison pour laquelle notre communauté existe, n'est pas parce que nous avons évité de faire des erreurs», a estimé Mark Zuckerberg. «C'est parce que nous croyons que ce que nous faisons a suffisamment d'importance pour continuer à essayer de résoudre les défis qui se présentent à nous, tout en sachant très bien que nous connaîtrons encore et encore des échecs, mais c'est la seule manière de faire des progrès», a-t-il conclu.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.