Zuckerberg promet de «réparer» Facebook

Etats-UnisDans ses voeux 2018, le fondateur de Facebook promet de lutter contre les «fake news» notamment.

Le réseau social revendique plus de 2 milliards d'utilisateurs dans le monde.

Le réseau social revendique plus de 2 milliards d'utilisateurs dans le monde. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg a publié jeudi des voeux en forme de mea culpa, reconnaissant notamment des «erreurs» dans la chasse aux contenus problématiques (propos haineux, «fake news»...) qui pullulent sur le réseau, des errements auxquels il promet de remédier en 2018.

«Le monde se sent inquiet et divisé et Facebook a beaucoup de travail à faire, que ce soit pour (nous) protéger des abus et de la haine, nous défendre contre les ingérences de (certains) pays ou nous assurer que le temps passé sur Facebook est du temps bien dépensé», a écrit le responsable sur sa page personnelle.

Fausses informations

Le réseau social, qui revendique plus de 2 milliards d'utilisateurs dans le monde, a été chahuté en 2017, se voyant accusé en particulier de ne pas lutter assez efficacement contre les contenus problématiques, comme les appels à la haine, l'apologie du terrorisme ou les fausses informations.

Des accusations, portées également contre Google et Twitter, qui ont pris un tournant très politique aux Etats-Unis depuis l'élection de Donald Trump fin 2016, la Russie étant accusée par Washington d'avoir cherché à influer sur la campagne en utilisant, entre autres, les réseaux sociaux pour diffuser des «fake news».

«Mon défi personnel pour 2018 est de me concentrer sur la résolution de ces questions importantes. Nous n'empêcherons pas toutes les erreurs et tous les détournements (de Facebook) mais nous faisons à l'heure actuelle trop d'erreurs pour ce qui est de faire respecter nos règles (d'utilisation) et d'empêcher les mauvais usages de nos outils», dit encore le milliardaire.

Selon Mark Zuckerberg, «aujourd'hui, beaucoup de gens ne croient plus en l'idée» que la technologie puisse placer un peu de pouvoir entre leurs mains. Au contraire, dit-il, «avec l'essor d'une poignée de grosses entreprises technologiques --et avec des gouvernements qui usent de la technologie pour surveiller leurs citoyens-- beaucoup de gens pensent désormais que la technologie ne fait que concentrer le pouvoir» entre les mains de quelques-uns, au lieu de le «décentraliser» vers les citoyens. (afp/nxp)

Créé: 04.01.2018, 20h30

Articles en relation

La chasse aux «fake news», c'est compliqué...

Facebook Déterminé à lutter contre la prolifération de fausses informations, le réseau social avoue toutefois faire face à des difficultés inattendues. Plus...

Facebook va offrir davantage de musique

Partenariat Cet accord de licence avec Universal est un premier pas vers une relation plus formelle avec l'industrie musicale. Plus...

Facebook accusé d'abus de position dominante

Allemagne Le réseau social est accusé d'abuser de sa position dominante sur le marché par les autorités de la concurrence allemandes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

C'est la guerre du rail entre CFF et BLS. Paru le 20 avril 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...