Passer au contenu principal

Sale affaire – 1921Il avait annoncé qu’il allait tuer sa femme

Coup d’œil dans la chronique judiciaire de la «Feuille d’Avis de Lausanne» du «bon vieux temps».

Extrait de la «Feuille d’Avis de Lausanne» du 15 juin 1921.
Extrait de la «Feuille d’Avis de Lausanne» du 15 juin 1921.
FAL

«Le 26 février 1921, dans la soirée, le nommé Louis Regamey, 49 ans, originaire de Lausanne, électricien à Paris, descendait l’avenue Benjamin-Constant avec sa femme Hortense. Il portait sur son bras sa petite-fille Christianne, âgée de 15 mois. Une discussion s’était engagée entre les époux au sujet de leur vie conjugale. Soudain, Regamey, saisissant son revolver, fit feu sur sa femme et sur son enfant. La première fut atteinte en plein visage, la seconde eut la poitrine traversée de part en part.» Ainsi commence le récit que fait la «Feuille d’Avis de Lausanne» du procès de ce que l’on nomme alors «le drame de l’avenue Benjamin-Constant», du nom de la rue qui monte au sud-est de la place Saint-François de Lausanne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.