Passer au contenu principal

Interview de Béatrice Métraux«Il fait 38° en Sibérie, nous devons réagir»

En charge du dossier, la conseillère d’État Verte Béatrice Métraux met en avant le rôle déclencheur du plan climat. Interview.

Béatrice Métraux assure que la volonté de changement est devenue de plus en plus forte.
Béatrice Métraux assure que la volonté de changement est devenue de plus en plus forte.
DR

Pensez-vous que le plan climat de l’État est de nature à rassurer les jeunes qui sont descendus dans la rue en 2019?

Le message que nous leur adressons, c’est qu’il y a une volonté de changement! Ce que nous présentons aujourd’hui englobe les premières mesures d’impulsion. Il y aura ensuite un plan de deuxième, puis de troisième génération et les jeunes en feront partie. J’ai envie de leur dire que ne sont pas tant les 173 millions que nous voulons mettre dans les premières mesures d’impulsion qui comptent, mais le fait que le Conseil d’État a la volonté d’agir, de renforcer cette action pour lutter contre le réchauffement climatique. Il y a vraiment cette prise de conscience avec une première réponse. Certains diront que ce n’est pas assez, d’autres que c’est trop. Mais l’important est que nous voulons être le moteur de ce changement. Cette dynamique passe par ces premières mesures. Et c’est en cela que nous restons humbles, car nous voulons être de ceux qui déclenchent le processus, pas ceux qui peuvent tout faire. Reste qu’en tout, cette première génération de mesures dépassera le milliard en investissements.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.