Passer au contenu principal

L’invitéeIl faut stopper le massacre du Mormont

Véronique Hurni plaide pour un arrêt de l’exploitation de la carrière d’Éclépens.

Disons-le tout de go, je n’ai jamais été pour l’occupation des lieux d’une manière illicite et j’espère que le Mormont, une fois vidé et comme promis par les occupants, sera remis en l’état. Reste que les zadistes mettent en lumière une problématique de destruction programmée et dans ce sens nous ne pouvons que les féliciter.

En avril 2015, je m’exprimais devant le Grand Conseil vaudois concernant la destruction possible, sur le Mormont, du secteur de la Birette, trouvant cela insensé et je n’ai pas soutenu cet article de loi lors du vote.

«Continuer à exploiter ce site jusqu’en 2029 est totalement ahurissant et désastreux.»

Pour rappel, le Mormont est un magnifique et riche site celte, où se trouve également le canal d’Entreroches, qui reliait dès le XVIIe siècle Yverdon à Cossonay et dont le but était de créer une voie fluviale reliant le lac de Neuchâtel au Léman. Les travaux se sont malheureusement arrêtés à hauteur de Cossonay en 1648, à… 15 km du Léman!

Un site que je connais depuis plus de quarante ans, un lieu fantastique et unique de tranquillité, de promenade et de beauté tant au niveau de la flore que de la faune.

Personnellement, je pense que continuer à exploiter cette colline dans le secteur de la Birette jusqu’en 2029 est totalement ahurissant et désastreux.

Évidemment que les questions économiques sont importantes. Mais tout de même, volontairement défigurer, encore plus, ce lieu qui est important dans beaucoup de domaines, archéologique, historique, paysager, botanique (sa flore méditerranéenne), forestier, animalier (principal couloir à faune des grands cervidés du Jura aux Préalpes) et j’en passe, pour exploiter encore 8,5 ha dont 1,2 est des forêts, pour que de toute façon la carrière actuelle cesse ses activités en 2029 me paraît une aberration. Je pense que préserver le Mormont en conservant une grande partie de ce site avant qu’il n’ait été saccagé par des dégâts irréversibles serait quand même plus intelligent.

Contrairement à ce qu’elles avaient promis, les Communes n’ont pas mesuré les oppositions à l’extension de la carrière, minimisant le problème de la destruction massive de l’environnement de leurs concitoyens! Renaturer après l’avoir détruit ne rendra jamais un Mormont originel, tout juste une pâle imitation. Les zones les plus hautes ne seront plus là.

Place au bois

Lignum Vaud, communauté d’action en faveur du bois, vient de publier un communiqué de presse comprenant l’action des zadistes. Il cite un exemple parlant: une dalle en bois d’un immeuble de logement ne libère, selon la méthode constructive choisie, que 33 à 40 kg/m2 de gaz à effet de serre contre 76 kg/m2 pour une dalle en béton.

L’accroissement de la forêt en Suisse est de 10 millions de m3 par an et le potentiel annuel utilisable est de 8,2 millions de m3, mais en 2018 seuls 5,2 millions de m3 ont été récoltés.

J’espère que le Tribunal fédéral fera preuve de clairvoyance ainsi que de bon sens et que cela permettra d’arrêter, maintenant et définitivement, le massacre du Mormont.

6 commentaires
    H. Giot

    commentaire pour M. Dubochet puisqu'on ne peut pas le faire sous sa lettre :

    Je lui souhaite encore bien des années à vivre de manière qu'il comprenne que son explication du climat est lacunaire .

    on devrait assister à une baisse de température ces prochaines années comparable à celles vécues entre 1880 et 1920, ainsi qu'entre 1945 et 1970 ... dues au cycle AMO , qui n'a rien d'exponentiel ...