Passer au contenu principal

Lutte contre le coronavirus«Il n’y a aucun argument pour fermer les écoles»

Pour la conseillère d’État Cesla Amarelle, rien ne justifie à l’heure actuelle de renvoyer les élèves à la maison. Mais la nouvelle souche anglaise pourrait changer la donne.

La rentrée scolaire a eu lieu ce lundi 4 janvier. Un retour à l’enseignement à distance pour les enfants n’est pas à l’ordre du jour, selon Cesla Amarelle.
La rentrée scolaire a eu lieu ce lundi 4 janvier. Un retour à l’enseignement à distance pour les enfants n’est pas à l’ordre du jour, selon Cesla Amarelle.
Jean-Paul Guinard

En fermant les écoles, l’idée est d’obliger les parents à rester chez eux et d’éviter ainsi qu’ils se contaminent en allant au travail. Lâché dimanche soir sur la chaîne alémanique SRF, le scénario vient du conseiller d’État bâlois démocrate-chrétien Lukas Engelberger, président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé.

Les petits Vaudois ont repris le chemin de l’école ce lundi. Mais les parents doivent-ils s’attendre à devoir les garder à la maison dans les jours à venir? «Je le dis d’emblée: il n’y a pas d’argument pour fermer les écoles à l’heure actuelle», répond la conseillère d’État Cesla Amarelle, qui dirige le Département vaudois de la Formation. «Ce n’est de loin pas une piste de réflexion privilégiée, d’autant que nous avons toujours pris l’engagement d’avoir une année scolaire aussi normale que possible.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.