Passer au contenu principal

Portrait de Philippe DuvanelIl rêvait d’être au four, il est devenu un moulin à idées

Depuis un quart de siècle, Philippe Duvanel anime depuis les coulisses la vie culturelle romande. Pinocchio, qu’il va exposer à Saint-Maurice, ne dira pas le contraire

L’homme de coulisses anime la vie culturelle romande. Pinocchio, qu’il expose à Saint-Maurice, ne dira pas le contraire
L’homme de coulisses anime la vie culturelle romande. Pinocchio, qu’il expose à Saint-Maurice, ne dira pas le contraire
Patrick Martin

Philippe Duvanel sait exactement ce qu’il aurait voulu faire mais ne regrette rien de ce qu’il est devenu. C’est rare. De prime abord, l’homme au regard rieur mais incisif, au sourire que l’on devine pouvoir virer de politesse si les circonstances l’exigent, à la mise «casual chic» renforçant une décontraction naturelle qui fait barrage à son âge (51 ans), paraît né pour le contact. Aller vers les gens, les rassembler, les réunir. Passeur: le mot résume la vie professionnelle du Lausannois, qu’il la menât de bulle en bulle comme patron de BDFIL, d’ordinateur en téléphone (et même en fax) dans les bureaux de la communication du Paléo ou qu’il la réalise désormais aux commandes du Château de Saint-Maurice et du festival Delémont’BD.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.