Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

La liberté de la presse attaquée«Il y a 5 ans j’étais à Charlie, aujourd’hui juste à côté»

Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières.
11 commentaires
Trier:
    Yann Bonvin

    Aucun grief à l'encontre de la gauche qui réclame une immigration débridée d'individus venus profiter de nos pays (Merci Sommaruga)

    Aucun grief à l'encontre de l'islam qui est réfractaire à nos valeurs

    Aucun grief à l'encontre des individus d'extrême gauche qui exigent l'abolition des frontières

    Aucun griefs à l'encontre des individus d'extrême gauche qui font venir des cargos entiers d'illégaux

    Aucun grief à l'encontre de Merkel ou d'Ursula Von der Leyen qui exigent que l'Europe accueille sans limite

    Aucun grief à l'encontre du Pape qui exige que les Chrétiens acceptent n'importe qui chez eux, au détriment de leur sécurité, de leur culture, de leur religion

    Aucun grief à l'encontre de cette presse qui soutient systématiquement les partis de gauche, les migrants et les extrémistes de gauche, tout en dénigrant des gens comme Salvini ou Trump

    Mais une victimisation en faveur de cette même presse qui est elle-même responsable de telles violences en Europe en cachant les faits ou en les minimisant, en s'opposant systématiquement aux partis de droite.

    Jolie inversion.