Passer au contenu principal

Guatemala«Ils lui ont tiré en pleine figure près de son domicile»

Pris pour cible par des individus armés, un journaliste guatémaltèque est décédé des suites de ses blessures samedi. Le comité pour la liberté de la presse réclame une enquête approfondie.

Quelque 4645 personnes sont décédées de mort violente en 2019 au Guatemala. (Image d’illustration)
Quelque 4645 personnes sont décédées de mort violente en 2019 au Guatemala. (Image d’illustration)
AFP

Un journaliste guatémaltèque, Mario Ortega, est décédé samedi, quatre jours après avoir été blessé par balles par des agresseurs non identifiés dans le sud du pays, a indiqué le journal numérique qu’il dirigeait.

«C’est avec une profonde tristesse que nous annonçons au syndicat des journalistes, aux collègues, aux amis et à la famille de Mario Ortega qu’il est décédé», a indiqué sur Facebook la lettre d’information San José Total.

Enquête réclamée

Mardi soir dans la municipalité côtière de San José, dans le département d’Escuintla (sud) à 78 km au sud de Guatemala City, deux «individus» à moto «lui ont tiré en pleine figure près de son domicile», avait annoncé l’Association des journalistes du Guatemala (APG) dans un communiqué.

L’APG et son comité pour la liberté de la presse «exigent que le bureau du procureur enquête de manière approfondie sur les motifs de l’attaque contre Mario Ortega» et révèle s’il s’agit «de représailles pour son travail (...) ou en lien avec des activités d’extorsion».

Des milliers de morts

Quelque 4645 personnes sont décédées de mort violente en 2019 au Guatemala, et près de la moitié de ces crimes sont le fait d’organisations mafieuses, selon les chiffres officiels.

Selon l’APG, les journalistes exerçant dans les villes éloignées de la capitale sont plus vulnérables en raison du manque d’autorité de l’Etat dans ces régions.

AFPE/NXP