Passer au contenu principal

Contestation«Interdire les manifs a rendu Bangkok encore plus explosif»

Le gouvernement n’a fait qu’attiser la colère des jeunes protestataires. Mais pourront-ils rallier à leur cause la société thaïlandaise?

Les manifestants pro-démocratie brandissent trois doigts, comme dans le film «Hunger Games». Ils réclament la démission du premier ministre issu d’un coup d’État, la réécriture de la Constitution adoptée sous la junte militaire et la fin de la répression politique.
Les manifestants pro-démocratie brandissent trois doigts, comme dans le film «Hunger Games». Ils réclament la démission du premier ministre issu d’un coup d’État, la réécriture de la Constitution adoptée sous la junte militaire et la fin de la répression politique.
keystone-sda.ch

«La répression seule, à défaut de réforme, ne conduira qu’à davantage de radicalisation et de conflits», assène Thitinan Pongsudhirak de l’Université Chulalongkorn à Bangkok. Pour cet analyste politique thaïlandais, cela ne fait pas l’ombre d’un doute: le gouvernement a rendu la situation encore plus explosive ce jeudi en décrétant l’interdiction de manifester après des mois de rassemblements monstres contre le premier ministre et – fait rarissime – contre la monarchie. «Les griefs populaires sont si vastes et profonds» que le mouvement contestataire n’est pas près de s’essouffler, assure-t-il.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.