Passer au contenu principal

Victoire 3-0 à ZougJackpot pour Craig MacTavish et le LHC

Sans Conacher (surnuméraire), les Lions ont fait corps pour ramener trois points de l’antre d’un favori du championnat.

Cory Emmerton a permis au LHC d’ouvrir le score d’une subtile déviation, vendredi soir à Zoug.
Cory Emmerton a permis au LHC d’ouvrir le score d’une subtile déviation, vendredi soir à Zoug.
KEYSTONE

Qui ferait les frais de l’alignement de Charles Hudon, vendredi à Zoug? Brian Gibbons avait les faveurs de la cote. Devant Cory Emmerton. Mais Craig MacTavish, lui, a opté pour Cory Conacher, il est vrai décevant depuis le début de la saison. Surprise tout de même sur la feuille de match lausannoise. Mais pari gagnant.

Qui a permis au LHC d’ouvrir le score d’une subtile déviation (19e)? Emmerton. Et qui a profité du premier power play de la soirée pour donner deux longueurs d’avance aux Lions (22e)? Gibbons, sur assist de Hudon, par ailleurs buteur dans la cage vide (58e 3-0). Bingo.

«Ce n’était pas une punition infligée à Conacher, s’est justifié Craig MacTavish. Les responsabilités sont désormais réparties entre cinq joueurs au sein de la légion étrangère. Et en l’absence de Josh (ndlr: Jooris, toujours blessé), j’ai jugé qu’on aurait besoin d’éléments capables de tuer des pénalités et de remporter des engagements.»

Un LHC travailleur

Impossible toutefois d’expliquer la victoire vaudoise par ce seul choix, même s’il a dû résonner comme un signal fort. A Lausanne, personne ne semble intouchable. Aucun intérêt individuel ne doit en tout cas primer sur le collectif. Le message a été reçu cinq sur cinq par les joueurs, qui ont signé un petit braquage, mais un succès marqué du sceau du travail. De la première à la dernière minute. Partout. Mention spéciale dans le slot défensif, notamment en infériorité numérique (5 pénalités tuées), et globalement sous l’impulsion du métronome Mark Barberio.

«Après Zurich mardi, où on a bien joué durant deux tiers avant de céder sur la fin, on a encore vu qu’on pouvait rivaliser avec les meilleures équipes du pays, s’est réjoui Aurélien Marti. On a su corriger le tir défensivement après la claque de Bienne lors de la 2e journée (ndlr: 6-0). Et on doit aussi remercier Tobi (ndlr: Stephan, auteur d’un blanchissage marqué par 32 arrêts).»

Lausanne a resserré les rangs dans tous les sens du terme, pour remporter le genre de victoires qui comptent lorsqu’une équipe est en construction. Un succès acquis avec beaucoup d’efforts, de sacrifices et de solidarité. Avec une bonne dose de réussite également. Le puzzle se met en place, avec des options sous le coude et un Charles Hudon qui même s’il a souffert physiquement a déjà montré de quel bois il pouvait se chauffer.

Zoug - Lausanne 0-3 (0-1 0-1 0-1)

Bossard Arena, 2913 spectateurs.

Arbitres: MM. Wiegand, Nikolic; Schlegel et Cattaneo.

Buts: 19e Emmerton (Grossmann, Kenins) 0-1. 22e Gibbons (Hudon, Barberio/5 c 4) 0-2. 59e Hudon (cage vide) 0-3.

Zoug: Genoni; Diaz, Geisser; Cadonau, Alatalo; Schlumpf, Zgraggen; Gross; Simion, Kovar, Hofmann; Martschini, Senteler, Klingberg; Thürkauf, McLeod, Bachofner; Leuenberger, Albrecht, Zehnder. Entraîneur: Tangnes.

Lausanne: Stephan; Grossmann, Marti; Frick, Heldner; Genazzi, Barberio; Krüger; Bertschy, Emmerton, Kenins; Hudon, Malgin, Gibbons; Bozon, Maillard, Almond; Leone, Jäger, Douay; Antonietti. Entraîneur: MacTavish.

Notes: Zoug sans Stadler ni Thorell (blessés), Lausanne sans Jorris (blessé), Froidevaux, Conacher, Schneeberger (surnuméraires). Tir sur le poteau: Kovar (51e). Zoug sans gardien de 57’59 à 58’04.Pénalités: 2 x 2’, 1 x 10’ (Kovar) contre Zoug, 4 x 2’, 1 x 10’ (Douay) contre Lausanne.