Passer au contenu principal

C’est votre histoire«J’ai été diagnostiquée asperger à 50 ans»

Après des décennies à se sentir inadaptée à sa vie sociale, sentimentale et professionnelle, Jane a eu un début de réponse: elle est atteinte du syndrome d’asperger.

«Ce n’est pas une maladie, mais un handicap invisible dont peu de gens peuvent prendre la mesure.» – Jane
«Ce n’est pas une maladie, mais un handicap invisible dont peu de gens peuvent prendre la mesure.» – Jane
Corinne Sporrer

Le parcours fut long pour arriver à ce diagnostic. Apprendre à 50 ans que j’étais atteinte du syndrome d’Asperger après des années à me demander ce qui n’allait pas chez moi m’a mis dans un important état de confusion. Ça n’a pas été un soulagement. Loin de là. Toutefois, la pose de ce diagnostic m’a donné une grille de lecture qui me permet de revisiter mon passé et les difficultés que j’ai rencontrées tout au long de ma vie. Ça explique tellement de choses. La personne Asperger est en quête de normalité et a envie de se sentir intégrée dans cette norme. C’est une souffrance d’avoir cette sensation dès l’enfance, de faire tellement d’efforts et d’être en échec malgré tout. Jamais je n’ai eu la personnalité qui convenait. On me répétait que, telle que j’étais, il n’était pas étonnant que les gens ne m’aiment pas, que la façon dont je m’exprimais poussait les autres à me rejeter. Je n’avais jamais la bonne mesure. J’en suis arrivée à la conclusion que j’étais un être répulsif, détestable. Ça n’a pas été facile à vivre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.