Passer au contenu principal

C’est votre histoire«J’ai été physio auprès des réfugiés en Grèce»

Physiothérapeute de 32 ans, Alexandra, aussi sportive dans l’âme que soucieuse des autres, a rejoint le camp de Samos à vélo pour y exercer comme volontaire.

«À Samos, nombre de réfugiés sont là depuis un ou deux ans, avec des dossiers qui ne reviennent jamais, sans avoir pour autant le droit de quitter les lieux.» – Alexandra
«À Samos, nombre de réfugiés sont là depuis un ou deux ans, avec des dossiers qui ne reviennent jamais, sans avoir pour autant le droit de quitter les lieux.» – Alexandra
Corinne Sporrer

Cet article a été rédigé par les journalistes de «Femina». Retrouvez plus d’articles sur Femina.ch

Avec une immense soif de voyage à étancher, en juin 2019, j’ai décidé de démissionner du cabinet de physiothérapie qui m’employait. Une odyssée à vélo en Colombie, quelques années plus tôt, m’avait donné le goût des périples sur deux roues. Mon projet? Traverser les Balkans seule avec ma bicyclette «Capucine», puis rejoindre l’île de Samos, en Grèce. J’allais y passer quatre mois comme physiothérapeute bénévole pour les réfugiés du camp de Vathy. Après avoir mis un mois pour traverser la Croatie, le Monténégro, puis l’Albanie, j’ai fait une pause d’une semaine dans les Météores, une région montagneuse de Grèce, avant de descendre vers Athènes pour prendre le ferry qui me conduirait à Samos.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.