Passer au contenu principal

Interview de Pascal Broulis«Je n’ai pas un tas d’or dans lequel je puise!»

Alors que de plus en plus de voix s’élèvent pour que l’État de Vaud élargisse ses aides, le ministre des Finances Pascal Broulis défend sa stratégie et rappelle les millions déjà engagés dans une crise appelée à durer. Entretien.

Pascal Broulis, ministre des Finances vaudoises, insiste: la crise sera longue, il ne veut pas dépenser à tout va maintenant.
Pascal Broulis, ministre des Finances vaudoises, insiste: la crise sera longue, il ne veut pas dépenser à tout va maintenant.
Odile Meylan

Le grand argentier vaudois, le libéral-radical Pascal Broulis, est attaqué jusque dans son propre parti. Accusé de ne pas vouloir payer ce que la crise coûte. Il se défend, convaincu que la confiance, la prudence et un budget qui permet de faire des investissements hors Covid sont les clés pour que Vaud ne sombre pas dans la crise économique après la crise sanitaire.

Le Conseil fédéral augmente sa contribution pour les cas de rigueur, avec davantage d’argent pour le Canton aussi. Combien Vaud va-t-il mettre sur la table?

La clé de répartition est la suivante: 32% pris en charge par le Canton et 68% par la Confédération. Pour Vaud, cela représente 30 millions de francs. Mais nous avons annoncé il y a dix jours que nous mettions 50 millions sur la table. Nous avons été les premiers en Suisse à donner notre feuille de route. Pour donner confiance aux gens, leur dire qu’on est là. Et nous avons donc encore 20 millions que nous pourrons utiliser aussi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.