Passer au contenu principal

Beau livre, beau oui comme Bowie«Je suis un paon, j’aime paraître»

Indissociable de son génie musical, la personnalité David Bowie en perpétuelle ébullition visuelle explose dans un ouvrage somme.

«David Bowie, l’anthologie des plus belles photographies», Éd. Flammarion. Dans ce témoignage à la fois sobre et luxuriant, 25 photographes ont choisi leurs clichés préférés de David Bowie (1947-2016) et les commentent.
«David Bowie, l’anthologie des plus belles photographies», Éd. Flammarion. Dans ce témoignage à la fois sobre et luxuriant, 25 photographes ont choisi leurs clichés préférés de David Bowie (1947-2016) et les commentent.

Dans ce pavé somptueux défilent vingt-cinq photographes, autant de capsules de pure création dont chaque portraitiste se remémore. Au contraire des beaux livres hagiographiques persistent dans ce kaléidoscope une sincérité tangible, une camaraderie productive pourtant parfois éphémère, aussi instantanée que fugitive. Une star, des photographes qui l’adoraient: l’osmose semble permanente. «Il les surprenait sans cesse avec ses costumes, ses coiffures, ses expressions» note George Underwood, son ami d’enfance en préface.

Au Nouveau-Mexique en 1975, photographié par Geoff Maccormack.
Au Nouveau-Mexique en 1975, photographié par Geoff Maccormack.
Geoff McCormack / DR 

John Scarisbrick s’approche peut-être au plus intime de l’énigme – ce noyau irréductible en l’être humain, comme l’énonce le philosophe Emmanuel Levinas. En 1995, Scarisbrick qui ne quittera pas ses lunettes de ski durant cette séance délirante, voit le musicien se prêter avec une confiance inouïe aux performances les plus surréalistes, pythie en transe, noyé écumant, harpie cuirassée. «J’ai photographié David Bowie, conclut-il. Mais ce n’est pas David Bowie que j’ai rencontré, ce sont ses personnages.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.