Passer au contenu principal

Les défis de Joe Biden«Biden devra chercher le soutien des républicains modérés»

Marie-Christine Bonzom est spécialiste des États-Unis. Elle a couvert sept présidentielles américaines pour la BBC. Entretien.

Joe Biden, Kamala Harris et leurs conjoints fêtent leur victoire, samedi, à l’issue de quatre jours de suspense sur le résultat final.
Joe Biden, Kamala Harris et leurs conjoints fêtent leur victoire, samedi, à l’issue de quatre jours de suspense sur le résultat final.
Keystone

La proclamation de la victoire de Joe Biden clôt-elle définitivement l’élection?

Pour Donald Trump, ce n’est pas «game over»! Il entend multiplier les plaintes dans plusieurs États indécis (Caroline du Nord, Pennsylvanie, Georgie, Nevada, peut-être Arizona et Michigan). Le problème, c’est qu’il va lui falloir communiquer très vite les preuves éventuelles de ses allégations. Sinon les dirigeants républicains accentueront la pression pour qu’il concède sa défaite.

La Cour suprême pourrait-elle être saisie?

Pour cela, il faudrait d’abord épuiser les recours dans les États où il conteste soit les opérations de vote, soit le dépouillement. C’est ce qui s’était passé en 2000. Al Gore avait d’abord concédé sa défaite à George W. Bush avant de se rétracter une demi-heure plus tard. Leurs camps s’étaient engagés dans une lutte acharnée pour contester l’élection dans trois comtés du sud de la Floride, où l’écart n’était que de quelques centaines de voix. Après avoir été devant les tribunaux floridiens, le litige est remonté jusqu’à la Cour suprême. Ce n’est que le 13 décembre, veille de la réunion du collège électoral, qu’Al Gore avait concédé sa défaite. On est dans ce scénario, mais amplifié. Trump ne conteste pas seulement sa défaite dans quelques comtés d’un État mais dans plusieurs États de la Fédération.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.