Passer au contenu principal

Après sept mois au KenyaJulien Wanders est de retour à Genève, des fourmis dans les jambes

Le recordman d’Europe du 10 km et du semi-marathon a vécu un long confinement volontaire à Iten. L’athlète genevois est prêt – enfin – à attaquer sa saison sur piste. Confidences avant l’atterrissage.

Julien Wanders sur l’une de ses routes d’entraînement à Iten. Il en revient pour retrouver les pistes européennes.
Julien Wanders sur l’une de ses routes d’entraînement à Iten. Il en revient pour retrouver les pistes européennes.
LDD/Alex Kariankei

Julien Wanders ne sera jamais resté aussi longtemps à Iten, dans son refuge des hauts plateaux, là où il vit régulièrement aux côtés de son amie Kolly et de ses habituels compagnons de course. Il est le seul athlète étranger à être resté sur place. Sept mois sans voir le jet d’eau, sans côtoyer ses proches, sans tourner sur l’anneau du Bout-du-Monde. N’a-t-il pas trouvé le temps long et fastidieux? «Non, pas vraiment, répond le Genevois. Ici, je suis bien intégré, je suis chez moi. Il me tarde juste de retrouver les frissons de la compétition.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.