Passer au contenu principal

Sensation chez les espions suissesJuliette Noto, première femme au sommet des services secrets

La procureure antiterroriste entre à la direction du Service de renseignement de la Confédération.

Il n’existe pas de photo publique de Juliette Noto. La nouvelle recrue du SRC, que l’on voit debout sur ce dessin, avait fait sensation en 2017 lors d’un procès de djihadistes au Tribunal pénal fédéral de Bellinzone.
Il n’existe pas de photo publique de Juliette Noto. La nouvelle recrue du SRC, que l’on voit debout sur ce dessin, avait fait sensation en 2017 lors d’un procès de djihadistes au Tribunal pénal fédéral de Bellinzone.
Robert Honegger

Plus dun siècle après la mort de la légendaire espionne Mata Hari, les services de renseignement suisses ont enfin leur premier cadre féminin de haut niveau. Ou du moins le premier dont le nom ne soit pas top secret.

Aujourd’hui procureure fédérale, Juliette Noto occupera le poste de cheffe de l’analyse au Service de renseignement de la Confédération (SRC) à partir du 1er mai. Elle remplace le vétéran Jürg Bühler, promu suppléant du chef du SRC, Jean-Philippe Gaudin.

Mais alors que la promotion de Bühler a été annoncée dans un communiqué de presse, le transfert de Juliette Noto n’a fait l’objet d’aucune publicité. Pourtant, cette francophone de 50 ans, originaire de Suisse orientale, sera la première femme à siéger à la direction dun service de renseignement suisse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.