Passer au contenu principal

Ski alpinKarl Frehsner, ceci est une légende

L’entraîneur le plus titré du sport suisse refuse de décrocher, pour mieux entretenir son propre mythe. Rencontre.

Karl Freshner dans son trois-pièces de la banlieue zurichoise, au sixième étage sans ascenseur. Comme son appartement, l’entraîneur a traversé sans broncher les décennies.
Karl Freshner dans son trois-pièces de la banlieue zurichoise, au sixième étage sans ascenseur. Comme son appartement, l’entraîneur a traversé sans broncher les décennies.
René Ruis

Le bouton de l’interphone est récalcitrant. Impossible d’actionner l’ouverture à distance. Une poignée de secondes et déjà, derrière le verre cathédrale de la porte, une frêle silhouette se dessine. D’un pas que l’on devine vigoureux, notre hôte s’active pour prendre le relais de la technologie défaillante. «Grüss Gott!»

Depuis 1968, Karl Frehsner habite un modeste appartement de la banlieue zurichoise. Au sixième étage, sans ascenseur. Dans les escaliers qui mènent à son trois-pièces au charme désuet, il faut forcer le pas pour suivre le rythme: notre hôte monte les marches deux par deux. «Les ascenseurs sont sans doute l’une des inventions les plus néfastes de l’humanité», lance-t-ilsolennellement, comme pour éventer une partie de son secret de jouvence, alors qu’on arrive sur le pas de sa porte le souffle court et les mollets lacérés par l’acide lactique.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.