Passer au contenu principal

Le champion du best-seller historique Ken Follett investit toujours dans la pierre

Avec «Le Crépuscule et l’aube», le Gallois brode un préquel au best-seller «Les piliers de la terre». En route pour l’an mil dans la future Kingsbridge.

Ken Follett publie son 36e roman, «Le Crépuscule et l’aube» (Éd. Robert Laffont, traduit de l'anglais par Cécile Arnaud, Jean-Daniel Brèque, Odile Demange, Nathalie Gouyé-Guilbert et Dominique Haas,  858 p.).
Ken Follett publie son 36e roman, «Le Crépuscule et l’aube» (Éd. Robert Laffont, traduit de l'anglais par Cécile Arnaud, Jean-Daniel Brèque, Odile Demange, Nathalie Gouyé-Guilbert et Dominique Haas, 858 p.).
Olivier Favre et West Stow Anglo-Saxon Village / DR

À 71 ans, Ken Follett traîne déjà sa légende urbaine. Tel un grand maître de scriptorium dans les monastères d’antan, l’écrivain régnerait sur une cour de moines copistes à son service. Ces petites mains de l’ombre effectueraient les recherches fastidieuses qui donnent l’ossature et le suc de ses best-sellers. Conversant en ligne, le médiéviste éclate d’un rire très moderne. «J’ai bien 25 personnes dans mes bureaux, mais elles ne s’occupent que de business. C’est moi qui bosse sur les archives.» L’ironie affleure, même sur Skype. «Ces assistants ne m’aident pas, sauf, il est vrai, 5 ou 6 historiens pour la relecture finale, qui traquent l’erreur.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.