Passer au contenu principal

L’Autriche sous le chocFrappée par un attentat, Vienne suit la piste islamiste

Seul un assaillant, abattu par la police le soir de l'attaque, a été identifié. Un homme de 20 ans d’origine macédonienne. Deux jeunes Suisses ont été arrêtés à Winterthur.

L’hommage aux victimes du chancelier autrichien Sebastian Kurz et du président Alexander van der Bellen, lors d’une cérémonie à Vienne, mardi.
L’hommage aux victimes du chancelier autrichien Sebastian Kurz et du président Alexander van der Bellen, lors d’une cérémonie à Vienne, mardi.
keystone-sda.ch

Après une journée de recueillement, mais aussi de recherches intensives du côté des forces de l'ordre, la capitale autrichienne se relève de l'attaque qui a fait lundi soir cinq morts, dont l'assaillant, et 22 blessés, dont certains se trouvent toujours dans une état grave. Les quatre victimes sont deux hommes et deux femmes, parmi elles une jeune serveuse qui travaillait dans l'un des bars du quartier. Trois jours de deuil national ont été décrétés.

Lire aussi: L’Europe prise à la gorge

Des informations concernant l'assaillant, dont on ne sait toujours pas s'il a agit seul, ont été publiées au cours de la journée. Il s'agit d'un homme de 20 ans né à Vienne et issu d'une famille est originaire de Macédoine du Nord. En 2019, il avait été condamné à 22 mois de prison pour avoir tenté de rejoindre les combattants de l’État islamique (EI) en Syrie. Le quotidien Der Standard, qui avait alors suivi le procès, rapporte qu'à l'adolescence, le jeune homme a commencé à s'intéresser à l'islam, et qu'à la fréquentation d'une mosquée influençant des idées radicales s'est ajouté l'échec scolaire et des problèmes familiaux.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.